Accéder au contenu principal
Les mots de l'actualité

SARKOTHON - 09/10/2014

Audio 03:14
Par : Yvan Amar

Publicité

En ce moment on parle beaucoup du Sarkothon, et on en parle avec le sourire. C’est bien parce que c’est fait pour. Le mot est plaisant, il est moqueur. Il est fait justement pour qu’on se moque un tout petit peu, pour qu’on se moque gentiment et puis il est amusant. Rien que la phonétique, la sonorité du mot porte à sourire. Sarkothon, ça fait un peu cyclotron.

Qu’est-ce que c’est que ça, le Sarkothon ?

On dit que Nicolas Sarkozy – ancien président de la République, donc ancien candidat à la présidence – aurait dépassé le plafond autorisé pour les dépenses de campagne, et aurait été aidé pour rembourser sa dette  par l’UMP qui est le parti qui le soutient directement.  
Alors l’UMP – et là encore on met tout ça au conditionnel – aurait fait appel à ses sympathisants, ses adhérents, ses militants pour que ceux-là envoient des dons qui serviraient à éponger la dette du président. Et ça, on l’appelle Sarkothon. Mais pourquoi ?
Eh bien, Sarkothon ? C’est un mot-valise. Les deux premières syllabes évoquent Sarkozy, et la dernière fait référence au Téléthon qui est une émission de télévision.

Pourquoi le Sarkothon fait référence au Téléthon ? C’était une émission télévisée qui, elle aussi, faisait appel à la générosité du public. On demandait des dons pour alimenter l’aide scientifique, médicale.

Mais pourquoi une émission très longue s’appelle-t-elle Téléthon. Là encore, c’est un mot-valise. Télé parce que télévision. Et thon : pourquoi thon ? Parce que Marathon.
Et là, l’histoire est totalement différente. On l’appelait Téléthon cette émission parce qu’elle durait très longtemps. Au bout de deux heures, on essayait de voir qui avait fait des promesses de dons, et au bout de quatre heures on faisait l’adition, et au bout de six heures on faisait l’adition aussi ; c’était un petit peu triomphaliste.

Quel rapport avec Marathon ? Eh bien c’est parce que ça dure. Et que ça dure longtemps. La bataille de Marathon a été une grande victoire des Grecs, et notamment des Athéniens sur la flotte perse et sur l’armée perse. Et une fois cette victoire remportée, il fallait prévenir Athènes. Donc on a dépêché un émissaire qui a couru pendant les 42 km, qui sépare la plage de Marathon de la ville d’Athènes pour annoncer la bonne nouvelle. Il arrive, il est épuisé, hop ! il meurt. Mais Dieu merci, il avait dans ses mains un rameau d’olivier. Ce qui fait qu’on a compris. Nous avons gagné, tant mieux.

Mais on voit un triple transfert de sens : Marathon évoque quelque chose qui dure très longtemps, une très longue course. Donc thonévoque quelque chose qui dure. Téléthon, c’est une émission de télévision qui dure, mais qui demande des dons. Et le Sarkothon ne dure pas très longtemps, mais demande aux militants et aux sympathisants de l’UMP d’aider le président de la République.


Avertissement !
Ce texte est le document préparatoire à la chronique Les Mots de l’Actualité. Les contraintes de l’antenne et la durée précise de la chronique rendent indispensables un aménagement qui explique les différences entre les versions écrite et orale.

Coproduction du réseau CANOPÉ.
http://www.cndp.fr/

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.