Danse des mots

La correspondance de Jacques Vaché

Audio 26:30
Thomas Guillemin.
Thomas Guillemin. RFI/Yvan Amar
Par : Yvan Amar
29 mn

Jacques Vaché, la langue au front.André Breton a dit de lui qu’il est « l’homme que j’ai le plus aimé au monde ». Durant sa période de mobilisation (fin 1915-fin 1918), Jacques Vaché (1895-1919) entretient une correspondance avec ses parents, sa marraine de guerre et ses amis que furent Jean Sarment, André Breton, Théodore Fraenkel et Louis Aragon. Le « trauma affectif » que cette disparition a représenté pour André Breton, a amené celui-ci à publier la quinzaine de lettres que lui a adressées Vaché. Publiées au Sans Pareil à la fin de l’année 1919, ces lettres eurent une influence majeure sur de nombreux membres du groupe surréaliste (Artaud, Desnos, Rodanski, Tarnaud) et même au-delà, sur les lettristes et situationnistes (Isou, Debord, Pomerand). Le corpus de correspondance de Vaché, actuellement composé de 158 lettres, constitue un témoignage original sur le premier conflit mondial. « L’umour » de Vaché, imprégné de l’œuvre d’Alfred Jarry, traverse en effet toutes ses lettres : c’est avec cette « sensation de l’inutilité théâtrale – et sans joie – de tout » qu’il parvient à déréaliser le tragique de la guerre. Interprète auprès des troupes anglophones entre 1916 et 1918, sa langue est teintée d’anglicisme. Sa posture anti-Art, qui marqua Breton, l’amène à développer ce style si particulier d’une écriture fragmentaire et marquée par le contexte de la Première Guerre mondiale.

Publicité

Lettres de guerre, de Jacques Vaché : http://sdrc.lib.uiowa.edu/dada/Lettres_de_guerre/index.htm
Site consacré à Jacques Vaché : http://www.everyoneweb.fr/jackdenantes

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail