Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

Pas de crise pour le commerce de l'ivoire en Chine

Audio 01:45
L'ivoire se vend à prix d'or en Chine.
L'ivoire se vend à prix d'or en Chine. Hoberman Collection/UIG via Getty Images

En Chine, le commerce de l’ivoire ne connaît pas de crise. Les clients sont toujours avides de l’or blanc importé d'Afrique – et la hausse du niveau de vie ne fait qu’augmenter la demande. Au lieu de bannir l’ivoire de la vente légale, le ministère de la Culture a même inscrit, en 2006, cet artisanat centenaire dans la liste du patrimoine culturel intangible – au même titre que l’opéra populaire et le Tai-Chi.

Publicité

Les « dents d’éléphant », comme on dit en Chine, se vendent à prix d’or. Pour un kilo de la matière précieuse, il faut compter au moins 1 600 euros, un prix en hausse de 300% par rapport à 2010. Officiellement, la vente d’ivoire est interdite depuis 1989 afin de protéger les populations d’éléphants menacées. Mais en 1999 et en 2008, la CITES, la Convention sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvage menacées d’extinction a renfloué les marchés, en vendant des dizaines de tonnes de stocks saisis au fil des années. Effet pervers : la demande est repartie à la hausse sur le premier marché du monde, la Chine.

Aujourd’hui, une trentaine d’ateliers produisent des objets en ivoire, et près de 150 commerçants sont autorisés à vendre leurs produits. Une structure d’Etat qui sert de vitrine légale pour un trafic largement illégal. 60 à 90% de l’ivoire qui quitte l’Afrique arrive en Chine, selon des estimations. L’Agence d’investigation environnementale à Londres dénonce l’implication d’officiels chinois dans ce trafic lucratif : à l’occasion de la venue d’une délégation d’Etat en Tanzanie, les prix se seraient envolés.

Le gros de la marchandise passe par Hong Kong, plaque tournante de tous les trafics vers le continent chinois : lors d’un contrôle de routine cet été, les douanes ont saisi 32 valises remplies d’ivoire. Valeur estimée : 8 millions d’euros. Des stocks d’ivoire détruits devant les caméras de télévision n’ont pas eu le résultat escompté: rien ne semble pouvoir endiguer la demande pour les bijoux et sculptures blancs albâtre, devenus le symbole même de la nouvelle richesse des Chinois.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.