Accéder au contenu principal
Nouvelles technologies

Des drones « urgentistes »

Audio 01:57
Prototype du drone ambulance qui a séduit les services urgentistes des Pays-Bas.
Prototype du drone ambulance qui a séduit les services urgentistes des Pays-Bas. Capture d'écran Youtube

Autrefois réservés aux militaires, certains drones ont déposé les armes pour rejoindre la vie civile. Ces engins volants sans pilote et télécommandés, intéressent fortement le secteur médical, un prototype de «drone ambulance», capable d’acheminer rapidement un défibrillateur auprès de victimes d’arrêts cardiaques, vient d’être mis au point aux Pays-Bas.

Publicité

Les drones civils comme les appareils militaires sont à la fois pilotés à distance et pour les plus perfectionnés, fonctionnent automatiquement, comme des robots aériens, en embarquant le meilleur des technologies en intelligence artificielle. Ces engins volants, qui intéressent de plus en plus les particuliers dans le domaine des loisirs, font parfois les gros titres de l’actualité en survolant illégalement et à répétition les centrales nucléaires françaises. Mais la plupart de ces drones-jouets sont peu performants ou de simples gadgets, comme ce prototype flexible réservé aux amateurs de sport extrêmes, qui s’enroule autour du poignet comme un bracelet et prend son envol pour photographier les exploits de son propriétaire.

Les entreprises possèdent aussi leurs machines volantes pour des usages plus professionnels, comme des missions de télésurveillance, effectuer un transport de marchandises, ou réaliser des constructions à l’aide de drones bâtisseurs. Dans le domaine de l’humanitaire et de l’assistance aux personnes, ces engins bardés de capteurs permettent déjà de sauver des vies, et la famille des machines volantes « urgentistes » vient de s’agrandir avec un « drone ambulancier » imaginé par un étudiant belge en ingénierie pour le compte des Pays-Bas. Son appareil serait capable d’acheminer un défibrillateur auprès de victimes d’arrêts cardiaques en une minute seulement en couvrant une zone de 12 kilomètres carrés.

La vidéo de démonstration des performances du « drone ambulance » a fait le tour du web, mais concrètement comment fonctionne l’appareil ? Équipé de six hélices, une vitesse de pointe de 100 km/h, il transporte une charge utile de quatre kilos. Il se rend sur les lieux de l’accident, de façon autonome, grâce à la géolocalisation des données GPS du mobile d’un témoin qui a donné l’alerte. Les Pays-Bas espèrent développer un réseau de « drones urgentistes » d'ici à cinq ans. Hélas, le prix de production de la machine, estimé à 15 000 euros l'unité, rendra bien difficile son déploiement, et ce n’est pas demain que des trousses médicales volantes, capables d’acheminer des défibrillateurs, des masques à oxygène aux victimes d’incendies ou des médicaments en urgence, sillonneront les cieux européens. Vous avez des questions ou des suggestions, vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologies@rfi.fr

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.