Accéder au contenu principal
Revue de presse française

A la Une: Tennis, France-Suisse, premier service en mi-journée

Audio 06:12
AFP

Publicité

 

Et la France « ne coupe pas à Federer », lance Libération. Aie ! Aie ! Aie !... Car en évoquant le champion suisse, le journal, ne reculant devant aucun superlatif, le traite de « génie », rien que ça ! Le « génie » est « prêt au combat », dit-il à L’Equipe. En plus, confesse le champion suisse au quotidien sportif, il « adore » jouer contre Gaël Monfils ! Lequel va livrer aujourd’hui son combat « le plus gigantesque », emphatise L’Equipe qui ferait presque déjà « jeu, set et match » pour cette Coupe Davis, un « rêve français ».

Primaire : calife à la place du calife
 
Beaucoup moins onirique, en France, le tabou d’une primaire est levé au PS. Etant rappelé que c’est par une élection primaire que la gauche a désigné son candidat à la présidentielle de 2012, Libération lance cette audacieuse question en Une : « Et si Hollande retournait en primaire ? ». Etant également rappelé que le sujet avait été lancé par le secrétaire d’Etat à la Simplification Thierry Mandon, qui avait souhaité publiquement une primaire ouverte à gauche en vue de 2017, « y compris pour le président sortant », et qu’il avait été ensuite repris par la ministre Marylise Lebranchu, ce sujet donc, n’est « plus tabou » au PS, constate Libé.

Pourtant, formule le journal, François Hollande a retrouvé ses réflexes de maître « ès tambouilles socialistes » en recadrant Thierry Mandon.

Mais au PS, certains récalcitrent. L’aile gauche du parti, qui voit dans la primaire une occasion supplémentaire de défendre une ligne « alternative au hollandisme » […], n’entend pas laisser l’exécutif et la direction du parti « s’asseoir » sur cet acquis démocratique « sans rien dire ».

Débat potentiellement risqué pour le président. Car il le « fragilise » explique Les Echos. Le chef de l'Etat lui a donc fermé la porte, mais pas seulement pour cette raison. Car à l’instar de Ségolène Royal, qui a su le faire sur la transition énergétique, François Hollande espère encore « rallier les écologistes, complète le quotidien économique. A un an de la Conférence Climat que Paris organise, il a donc décidé d'investir ce terrain pour lui étranger qu'est l'écologie ».

Le Figaro a comme un doute. « Tout en rappelant ses ministres à l’ordre, le chef de l’État entretient le flou et laisse dire qu’il serait désormais ouvert à l’idée de participer à une primaire », note le quotidien.

Justement. Le débat est bel et bien lancé. « Qu'il y ait interrogation en dit déjà long sur le niveau de confiance – ou de défiance – dont jouit le chef de l'Etat au sein de son propre camp », remarque en conséquence Le Journal de la Haute-Marne. Pour le quotidien du centre-est de la France, la popularité en berne de François Hollande donne à plus d'un socialiste la « certitude d'une défaite en 2017. D'où l'idée de présenter un autre candidat que le président sortant, pour tenter d'éviter le naufrage annoncé ».

Plus féroce, La Montagne estime qu’en jugeant « indispensable » une primaire élargie à gauche pour la présidentielle, Thierry Mandon s'est comporté en « secrétaire d'État à la complication ! ». Pour le confrère, pas de doute, c’est un « couac », un autre après celui du secrétaire d'État au Budget, qui avait contredit François Hollande sur les baisses d'impôts en 2015. Et La Montagne trouve que ce « couac » entérine l'idée d'une « présidence affaiblie ».

La primaire. C’est le sujet du lamento de L’Eclair des Pyrénées ce matin. Le journal convoque le général de Gaulle pour l’occasion. Car le sujet n'est pas « secondaire », souligne-t-il. « Que des primaires semblent aujourd'hui s'imposer, à gauche où elles ont déjà eu lieu, mais aussi à droite, constitue en soi une entorse à la conception qu'avait le général de Gaulle des Institutions. Elles renforcent le rôle des partis, contre lesquels le fondateur de la Ve République entendait lutter ».

L’affaire Arif : famille, je vous aime

Le secrétaire d'Etat aux anciens combattants a été perquisitionné. Selon Mediapart, les bureaux de Kader Arif au ministre de la défense Jean-Yves Le Drian, ont été « perquisitionnés le 6 novembre dernier », dans le cadre d'une enquête préliminaire sur des marchés publics ... L'enquête porte sur des marchés passés par le conseil régional de la région Midi-Pyrénées à une société « dont les associés sont le frère, la belle-sœur ou les neveux du secrétaire d'État aux anciens combattants », énonce le site d’informations en ligne.

Information confirmée à l’Agence France presse par une « source judicaire » non citée. Selon l’AFP, l'enquête a pour but de vérifier si deux sociétés successives d'organisation de spectacles, dirigées notamment par le frère puis par les neveux de Kader Arif, ont pu bénéficier de « favoritisme » pour remporter deux marchés pluriannuels d'un montant de plusieurs millions d'euros avec la Région. « L'enquête s'attache à déterminer si les procédures d'appels d'offre ont notamment été respectées », précise l’agence.

Ce matin le quotidien Libération rappelle qu’en septembre dernier, Kader Arif lui avait affirmé que ces affaires « ne (le) concern(ai)ent absolument pas ». Le journal a bien entendu sollicité le secrétaire d’Etat. Son cabinet n’a pas « donné suite », constate Libé.

Hollande-Gayet : chevaliers de la table ronde

Autre affaire qui rebondit ce matin, mais plus pipole celle-là : Julie Gayet apparaît aux côtés de François Hollande. Et qui plus est... à l’Elysée : C’est une première, claironne Voici, qui publie des photos du président avec l’actrice. Le magazine affirme qu’on ne les avait jamais en photo vus ensemble.

Sur la couverture de Voici, en tout cas, on aperçoit François Hollande et une jeune femme qui semble bien être Julie Gayet, tous deux bavardant assis à une table circulaire de jardin sur un gravier sensé être celui de l’Elysée.

Et l’on se perd en conjectures au sujet de l’angle de prise de vue. En plongée. On n’ose penser à un drone, qui aurait, du ciel, pris en photo les illustres convives assis à cette table ronde. Pas très chevaleresque, comme méthode…

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.