Accéder au contenu principal
Grand reportage

30 ans après, l’accident industriel de Bhopal continue à tuer

Audio 19:30
Rehana Bee et son fils Javed, 24 ans, est atteint d'une infection grave des poumons, peut à peine parler et se tenir assis. Ses reins sont touchés également... Sûrement à cause de l'eau contaminée. Il est décédé une semaine après la prise de cette photo.
Rehana Bee et son fils Javed, 24 ans, est atteint d'une infection grave des poumons, peut à peine parler et se tenir assis. Ses reins sont touchés également... Sûrement à cause de l'eau contaminée. Il est décédé une semaine après la prise de cette photo. © Sébastien Farcis

C'est l'accident industriel le plus meurtrier de l'histoire moderne, qui a tué plus de personnes que les fuites nucléaires de Tchernobyl et de Fukushima réunies. Il y a 30 ans exactement, dans la nuit du 2 décembre 1984, à Bhopal, dans le centre de l'Inde, plus de 40 tonnes d'un gaz très toxique s'échappaient d'une usine de pesticides. Selon le gouvernement, plus de 3000 personnes sont mortes dans les 24 premières heures, mais selon les associations de victimes, ce sont plus de 22 000 personnes qui sont décédées depuis. Surtout, les déchets toxiques, laissés dans les alentours de l'usine, pénètre toujours dans les sols, contamine les sols, et empoisonne les 2e et 3e générations de Bhopal.

Publicité

Rehana Bee, à gauche, a survécu à l'intoxication, mais a vu ses parents et deux frères mourir. Elle n'avait que 16 ans. Les autres femmes ici sont également des victimes.
Rehana Bee, à gauche, a survécu à l'intoxication, mais a vu ses parents et deux frères mourir. Elle n'avait que 16 ans. Les autres femmes ici sont également des victimes. © Sébastien Farcis

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.