Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

La Côte d'Ivoire bientôt premier transformateur mondial de cacao

Audio 01:40
Une plantation de cacao en Côte d'Ivoire.
Une plantation de cacao en Côte d'Ivoire. AFP/ SIA KAMBOU

La Côte d'Ivoire est sur le point de transformer plus de cacao que les Pays-Bas.

Publicité

L'an prochain, la Côte d'Ivoire sera le premier transformateur mondial de fèves, annonce l'Organisation internationale du cacao (ICCO). Jusqu'à présent, ce sont les Pays-Bas qui occupaient la première place. Amsterdam est en effet le premier port cacaoyer de la planète, la cité flamande abrite encore la plus grande usine de première transformation au monde.

Mais la Côte d'Ivoire a beaucoup développé les capacités de broyage des fèves au cours des dernières années. Une façon pour le premier producteur mondial de cacao de garder une partie de la valeur ajoutée, les producteurs ivoiriens ne percevant que 6 % de la valeur d'une tablette de chocolat.

Pour les exportateurs, transformer le cacao en pâte - ou masse -, plutôt que d'expédier les fèves brutes permet d'éviter le gaspillage et représente un gain de poids sur les navires. Tous ont peu à peu construit des usines de broyage sur le sol ivoirien : le Suisse Barry Callebaut (190 000 tonnes), l'Américain Cargill (120 000), le Français Cemoi (100 000), les Ivoiriens Choco Ivoire et Saf.

Avec la nouvelle usine du Singapourien Olam (70 000 tonnes), installée à San Pedro, la Côte d'Ivoire, avec ses 520 000 tonnes annuelles de fèves broyées, se rapproche donc des capacités néerlandaises (530 000 tonnes). Au total, 750 millions de dollars ont été ou seront alloués par Afreximbank à l'essor de la première transformation sur le sol ouest-africain.

Un développement dont se réjouit l'Organisation internationale du cacao, qui par ailleurs a revu à la hausse ses prévisions de production mondiale de fèves pour 2013-2014. Grand soulagement pour l'industrie du chocolat, toujours très alarmiste devant la hausse des prix de sa matière première, il n'y aura pas de déficit mais un surplus de cacao cette année, après une nouvelle récolte ivoirienne record (1,741 million de tonnes de fèves). En revanche, un déficit de 100 000 tonnes est annoncé pour l'an prochain.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.