Accéder au contenu principal
Accents d'Europe

En Grande-Bretagne, on peut encore «guérir» de l'homosexualité

Audio 19:30
« Pas gay. Ex gay. Post gay et fière. Il faut vous y faire ». Ce slogan afficé sur les bus london fait écho à celui  de l’association LGBT Stonewall : « Certaines personnes sont gays. Il faut vous y faire ».
« Pas gay. Ex gay. Post gay et fière. Il faut vous y faire ». Ce slogan afficé sur les bus london fait écho à celui de l’association LGBT Stonewall : « Certaines personnes sont gays. Il faut vous y faire ». Core Issues Trust
Par : Laurent Berthault

En Grande-Bretagne, l’homosexualité n’est plus considérée comme une maladie depuis 1968. Mais, aucune loi n’interdit à certains psychologues de proposer des traitements pour « guérir les homosexuels ». L’ordre des médecins condamne ces « cures », mais aucun texte de loi ne vient encadrer la pratique. Certains parlementaires aimeraient que ça change, que ce dernier vestige législatif de l’homophobie soit rayé des textes. Sauf que même parmi la communauté, la question fait débat. Un reportage de Marie Billon.

Publicité

Homophobie balte. Accepter les orientations sexuelles de chacun, cela ne coule pas encore de source dans les pays baltes. Même si le récent coming-out du ministre letton des affaires étrangères prouve que la situation commence à changer, dans une région qui reste encore malgré tout l’une des plus homophobes de l’Union européenne. Marielle Vitureau.
Quand des victimes d’homophobie témoignent de la violence dont ils sont victimes au quotidien, c’est à suivre ce mardi soir sur France 2 dans l’excellent documentaire Homos la Haine, d’Eric Guéret.

Et aussi:

Y aura-t-il des touristes Russes à Noël? En Russie, l’économie titube. La semaine dernière, le ministère du développement économique a dévoilé des prévisions peu optimistes pour l’année 2015. Confronté à la chute des cours du pétrole, visé par des sanctions américaines et européennes, le pays voit la valeur de sa monnaie dégringoler par rapport au dollar et à l’euro. Dans ce contexte, les Russes aisés et des classes moyennes urbaines renoncent à passer leurs vacances à l’étranger et délaissent notamment l’Europe. Reportage à Moscou d’Étienne Bouche.

Chronique MyEurop. L’Europe, terre d’immigration, cela reste vrai aujourd’hui encore. Mais depuis quelques années le profil de ces migrants a beaucoup changé. Ce que viennent de montrer tout à tout plusieurs études européennes qu’à disséqué pour nous Daniel Vigneron, de My Europ.info, notre site partenaire.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.