Accéder au contenu principal
Nouvelles technologies

La téléphonie mobile cartographie nos déplacements

Audio 02:03
Les chercheurs de l'Université catholique de Louvain ont imaginé un systême qui collecte les informations délivrées en quasi temps réel par les opérateurs de téléphonie mobile, notamment les données de « géolocalisation » de nos portables.
Les chercheurs de l'Université catholique de Louvain ont imaginé un systême qui collecte les informations délivrées en quasi temps réel par les opérateurs de téléphonie mobile, notamment les données de « géolocalisation » de nos portables. Chris Hondros Collection/Getty Images News

Des chercheurs belges ont testé une méthode pour «géolocaliser» et recueillir anonymement les informations de nos téléphones mobiles. L’objectif des scientifique est de réaliser une cartographie dynamique des déplacements de toute une population en temps réel, afin d’évaluer l’impact de catastrophes naturelles, de conflits ou d’épidémies, sur un large territoire.

Publicité

« Gouverner, c'est prévoir », écrivait au XIXe siècle, le journaliste français Émile de Girardin,  il semble que cette maxime s’applique très bien aux innovations technologiques utilisées dans le domaine humanitaire. Prévoir, anticiper et mieux analyser les mouvements de populations lors de catastrophes naturelles, de crises sanitaires, de conflits ou d’épidémies est essentiel, afin d’organiser les secours et apporter rapidement de l’aide aux sinistrés. Les réseaux sociaux constituent déjà d’excellents systèmes d’alertes et de suivi des catastrophes, mais ils nécessitent la participation active des internautes, bien obligés d’utiliser un ordinateur ou un smartphone, connecté au web, pour envoyer leurs messages d’urgence.

Les chercheurs de l'Université catholique de Louvain en Belgique ont imaginé un autre système, peut-être plus efficace, pour détecter et analyser les mouvements soudains de populations sur un vaste territoire. Ils collectent les informations délivrées en quasi temps réel par les opérateurs de téléphonie mobile, notamment les données de géolocalisation de nos portables.

À l’aide de ces informations, rendues anonymes, les chercheurs affichent ensuite sur une carte numérique et dynamique tous nos déplacements. Les scientifiques ont testé leur système en puisant dans les données des opérateurs en France et au Portugal, soit un échantillon d'un milliard d’appels réalisés depuis un mobile. Une expérimentation grandeur nature concluante, qui permettrait de cartographier très précisément les lieux concernés par une catastrophe, et les zones où les habitants pourraient trouver refuge.

Cependant, ce nouvel outil de gestion des crises pour des pays qui ont déjà à leur disposition les informations détaillées et à jour de leur population, présente peu intérêt. En revanche, dans certaines régions du monde où le recensement des habitants est déficient, ce dispositif se révélera d’une efficacité redoutable pour mener à bien tout type d'action humanitaire, en affichant directement sur une carte numérique, grâce aux données télécoms des portables, les endroits précis où il faut intervenir et secourir en urgence, tous ceux qui sont dans le besoin ou la souffrance. Vous avez des questions ou des suggestions, vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologies@rfi.fr

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.