Accéder au contenu principal
Invité Afrique

L’Afrique est-elle nostalgique?

Audio 05:28
Guillaume Lachenal.
Guillaume Lachenal. © Éditions La Découverte

Au Burkina Faso, le soulèvement populaire d’octobre a fait ressurgir la figure du révolutionnaire Thomas Sankara. Le mythe Sankara est toujours vivant. L’occasion de s’interroger : l’Afrique est-elle nostalgique ? Pour en parler, l’Invité Afrique de RFI est Guillaume Lachenal, historien de la médecine à l’université Paris-Diderot. Il vient de coordonner avec Aïssatou Mbodj-Pouye un dossier sur les Politiques de la nostalgie dans le dernier numéro de la revue Politique Africaine qui paraît aux Editions Karthala. Il répond à Anthony Lattier.

Publicité

« Marx disait : “la révolution ne peut pas tirer sa poésie du passé, mais seulement de l’avenir”. Et sur ce coup, Marx n’avait pas tout juste parce que la poésie de Thomas Sankara a continué d’être présente au Burkina et évidemment a ressurgi dans ces événements révolutionnaires de ces dernières semaines. Et oui, ce qui s’est joué au Burkina Faso est une démonstration de la force politique de la nostalgie pour mettre les gens en mouvement. […] Ce qui peut paraître le plus surprenant, c’est qu’effectivement, souvent, ces âges d’or sont le temps colonial, le temps des Français en Afrique francophone ou le temps de régimes autoritaires… »


<i>Politiques de la nostalgie, </i> de Lachenal Guillaume en coordination Aïssatou Mbodj-Pouye, paru aux Editions Karthala.
<i>Politiques de la nostalgie, </i> de Lachenal Guillaume en coordination Aïssatou Mbodj-Pouye, paru aux Editions Karthala. DR

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.