Accéder au contenu principal
Le coq chante

Les centres à passerelle, ou Stratégie de Scolarisation Accélérée (SSAP) au Burkina Faso

Audio 26:30
Madi Sawadogo, animateur du centre à passerelle du village de Kalo, en compagnie des élèves.
Madi Sawadogo, animateur du centre à passerelle du village de Kalo, en compagnie des élèves. RFI/Sayouba Traoré
Par : Sayouba Traoré

Le tout part de ce que les spécialistes appellent déperdition scolaire. Plus prosaïquement, il s’agit des enfants en situation d’échec scolaire. Il y a d’abord les redoublants, dont le nombre augmente au fur et à mesure que l’on avance dans les classes et varie de 11,7% au CP1 à 35,1% au CM2. Tout compte fait, on relève que sur 1000 enfants entrés au CP1, seulement 383 atteignent la classe de CM2. On connaît les causes de cette déperdition scolaire : des causes dites externes et des causes dites internes. Au niveau de l’Etat, il y a l’insuffisance d’infrastructures. La scolarisation d’un élève nécessite un investissement financier considérable pour l’établissement. Et les familles sont pauvres.(Rediffusion du 4 mai 2013).

Publicité

Or, il faut compter l’achat de fournitures scolaires, d’un moyen de déplacement, d’une tenue scolaire pour ceux qui sont dans le privé. Il ne faut pas oublier les disparités entre filles et garçons. selon une étude sur la sous-scolarisation des filles au Burkina Faso, réalisée par Sanou Fernand en août 1995 ; 85,7% des filles contre 32,5% des garçons font le ménage avant d’aller à l’école et, au retour, 70,6% des filles contre 31,6% des garçons font des travaux domestiques. Ceci influence négativement sur les résultats scolaires des filles qui n’ont pas assez de temps pour étudier. On connaît également les conséquences de cette déperdition scolaire. D’où l’institution des centres à passerelle ou Stratégie de scolarisation accélérée (SSAP) au Burkina Faso.

© RFI/Sayouba Traoré

Visite à Gondolgo, dans la périphérie de la ville de Ouahigouya, au siège de l’Association Formation Développement Ruralité ; et dans le village de Kalo, dans la commune de Thiou.


Invités
:
- Sawadogo Delwendé, coordonnateur SSAP de l’AFDR dans la province du Yatenga
- Zida Rasmané, coordonnateur SSAP dans la province du Zondoma
- Ouédraogo Yacouba Ousseyni, superviseur AFDR dans les communes de Thiou et Kaïn
- Madi Sawadogo, animateur du centre à passerelle du village de Kalo.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.