Accéder au contenu principal
Accents d'Europe

Une banque de graines pour préserver les espèces en Roumanie

Audio 19:30
Dans les serres de la banque, on cultive de nombreuses espèces afin de régénérer, de perpétuer et de multiplier le matériel génétique des espèces. Ici, on laisse monter les carottes afin d'en récolter les graines, qui sont ensuite séchées et classées.
Dans les serres de la banque, on cultive de nombreuses espèces afin de régénérer, de perpétuer et de multiplier le matériel génétique des espèces. Ici, on laisse monter les carottes afin d'en récolter les graines, qui sont ensuite séchées et classées. RFI/Julia Beurq
Par : Laurent Berthault

Dans leurs assiettes, les Européens retrouvent souvent les mêmes variétés de légumes et cela, quel que soit le pays où ils habitent. Des légumes qui sont, la plupart du temps, des hybrides créés en laboratoire. Avec des conséquences très négatives sur la biodiversité. Car avec la perte de certaines variétés de légumes locaux, c'est tout un patrimoine génétique qui disparaît.

Publicité

Pourtant, en Roumanie, on essaie tant bien que mal de résister à ce phénomène, et on continue de faire pousser des variétés traditionnelles. Reportage de Julia Beurq, en Moldavie roumaine, dans le nord-est du pays.

Reportage et diaporama réalisé avec le soutien de l'Union Européenne.

 Et aussi:

Sur le marché central de Vilnius, le Litas n'a plus que quelques mois à vivre
Sur le marché central de Vilnius, le Litas n'a plus que quelques mois à vivre

Au tournant de cette nouvelle année, la Lituanie a basculé dans la zone Euro avec la fin de la monnaie nationale, le Litas. Le pays est le 19ème à intégrer la zone euro. Ses deux voisins l’Estonie et la Lettonie ont déjà adopté l’Euro en 2011 et 2014. Et politiquement, cela lui permet aussi de s’ancrer un peu plus à l’Europe, alors qu’elle craint les dérives expansionnistes de Moscou. Reste que les Lituaniens sont partagés sur les bienfaits de l’Euro. Frédérique Lebel les a rencontrés quelques semaines avant l’échéance de ce premier janvier.

Au centre équestre Cherry Orchard, financé par la ville de Dublin et le ministère de l’Agriculture, les jeunes "Pony Kids"  peuvent de nouveau s'occuper correctement de leurs chevaux
Au centre équestre Cherry Orchard, financé par la ville de Dublin et le ministère de l’Agriculture, les jeunes "Pony Kids" peuvent de nouveau s'occuper correctement de leurs chevaux Sébastien Duval

A Dublin, on les appelle les pony kids, ces jeunes qui chevauchent jusque dans les quartiers défavorisés de la capitale irlandaise. Achetés pour une bouchée de pain, de nombreux chevaux ont été laissés à l’abandon depuis le début de la crise. Leurs propriétaires n’ont plus les moyens de s’en occuper. La ville a dû réagir pour s’occuper  des chevaux et de leurs jeunes propriétaires. C’est un reportage de Sébastien Duval

oceanbus.se

Depuis quelques semaines, un nouveau véhicule étrange sillonne les rues et la baie de Stockholm. Il s'agit d'un bus amphibie, particulièrement adapté à la capitale scandinave où l'eau est omniprésente. Benoît Derrier est monté à bord.

 

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.