Accéder au contenu principal
Le coq chante

Les difficultés de la pêche artisanale à Pointe-Noire au Congo (rediffusion)

Audio 26:30
Débarcadère du village des pêcheurs sur la plage Songolo à Pointe-Noire.
Débarcadère du village des pêcheurs sur la plage Songolo à Pointe-Noire. © RFI/Sayouba Traoré
Par : Sayouba Traoré

Dans le monde, la pêche artisanale emploie 12 millions de personnes. Sous le générique « pêche artisanale », il faut distinguer la pêche continentale et la pêche maritime artisanale. En République du Congo, cette pêche artisanale représente une production annuelle de 52 400 tonnes. Elle génère 29 965 emplois directs, dont 26 228 pêcheurs professionnels dans les eaux intérieures ; 2 985 emplois en mer, dont environ 2 335 en pêche artisanale et 752 emplois en pisciculture. En réalité, la pêche est traditionnellement l’affaire des Ouest-Africains qui représentent environ 5% de la population de la ville de Pointe-Noire. Au départ des pêcheurs béninois, puis de plus en plus de Congolais. Nous allons dans le village de pêcheurs sur la plage Songolo à Pointe-Noire.Rediffusion du 1er juin 2014.

Publicité

Aujourd’hui, cette activité est confrontée à de nombreuses difficultés au Congo. Un premier problème, l’insécurité foncière, alors qu’il faut du temps pour installer un site de pêche. En effet, un village de pêcheurs est sans recours devant une décision des autorités, qu'elles soient gouvernementales ou municipales. Il en est ainsi des concessions de pêche accordées aux grands groupes industriels.

Deuxième problème, une campagne de pêche coûte environ 300 000 Francs CFA. Il se trouve que bonne pêche ou mauvaise pêche, le salaire des pêcheurs est à payer obligatoirement, puisque les hommes ont effectué la sortie. Toutefois, faire une bonne pêche ne vous met pas à l’abri des déconvenues.

Troisième problème, sur les marchés, la pêche artisanale subit la concurrence de la pêche industrielle, mieux outillée. En plus de ces risques de mévente, il faut également payer des taxes à l’Etat sur une activité aléatoire. Toute cette accumulation de problèmes, alors que le pêcheur artisanal n’a pas accès au crédit, et ne bénéficie pas de subventions.

En images


Invités
:
- Mavoungou Jean-Pierre, président de l’Association pour la promotion des initiatives communautaires de la pêche
- Kassa Yaovi Guy Serge, vice-président de l’Association pour la promotion des initiatives communautaires de la pêche
- Atiogbé Yao Hyacinthe, patron pêcheur
- Adama Koné, pêcheur. 
 

Production : Sayouba Traoré
Réalisation : Ewa Moszynski.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.