Accéder au contenu principal
Vous m'en direz des nouvelles !

Sur les traces de «L'Affaire SK1»

Audio 49:30
Les comédiens Raphaël Personnaz et Olivier Gourmet dans le film «L'affaire SK1» de Frédéric Tellier.
Les comédiens Raphaël Personnaz et Olivier Gourmet dans le film «L'affaire SK1» de Frédéric Tellier. © SND

Guy Georges, un nom qui occupe une place à part dans les annales de l’histoire criminelle. Ses surnoms: la Bête de la Bastille, le tueur de l’est parisien, mais aussi SK1, comme Serial Killer numéro 1. Pour le capturer, 4.000 policiers ont été mobilisés. Entre les fausses pistes, les ratés, les rivalités entre policiers, le manque de moyens, les faux pas des médias, la plus grande traque jamais organisée en France aura duré sept ans. Une affaire complexe, qui s’est soldée par la condamnation de Guy Georges à perpétuité avec une peine de sûreté de 22 ans pour sept viols et homicides, d’une sauvagerie rare. Tout cela, Frédéric Tellier le raconte dans son premier long-métrage au cinéma, avec le concours de David Oelhoffen pour le scénario. « L’affaire SK1 » sort mercredi sur les écrans français.La journaliste Patricia Tourancheau a suivi l’affaire Guy Georges pour la quotidien « Libération », elle en a tiré un livre « Guy Georges, la traque » publié chez Fayard, et édité aujourd’hui en poche chez Pocket. Un livre qui a servi de base documentaire à la construction du film et des personnages.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.