Accéder au contenu principal
Musiques du monde

1. Hommage à Julien Jalaleddin Weiss et l’Ensemble Al-Kindi, l’histoire du rap transgenre

Audio 49:30
L’Ensemble Al-Kindi avec Julien Jalaleddin Weiss.
L’Ensemble Al-Kindi avec Julien Jalaleddin Weiss. © Ammar Abd Rabbo

C’est au début des années 70 que Julien Weiss, guitariste routard, découvre la musique du oudiste irakien Munir Bashir. Le musicien étudie dès lors le luth arabe, qu’il délaisse pour le qanun, plus riche à son goût. Son rêve d’Orient se concrétise en 1983 avec la création de l’Ensemble Al-Kindi. Cet orchestre aura réuni d’immenses musiciens de Syrie, d’Irak ou de Tunisie, et fédérera de grands auteurs comme Mahmoud Darwish.En 86, Julien se convertit à l'islam et devient Jalal Eddine, en hommage au fondateur de l'ordre des derviches tourneurs « Jâlal Eddine Rûmi ». En 1995, il s’installe à Alep et fait l'acquisition d'un palais mamelouk du XIVème siècle. Al-Kindi a fait le tour du monde. Julien s’est éteint vendredi 2 janvier 2015, des suites d’un cancer. Il avait 61 ans.

Publicité

Destination Usa avec des rappeurs gays, du hip hop transgenre et des queers cowboys urbains

Angel Haze: «I think, am I going to hell for this ?».
Angel Haze: «I think, am I going to hell for this ?». DR


« Traditionnellement », le rap n’aime pas les femmes, ni les homosexuels. Mais, depuis 3-4 ans, cet univers macho et homophobe voit fleurir un courant « gay-friendly », gay tout court et transgenre. Des artistes comme Franck Ocean font leur « coming-out » (sortie de placard), Mikki Blanco brouille les genres et l’artiste transgenre Angel Haze parodie Eminem. Et pendant ce temps-là, d’autres artistes à la marge se retrouvent au « bal » pour faire du « voguing ». Attention Explicit Contents, contenus explicites.
Un reportage aux Etats-Unis signé Elodie Maillot.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.