Accéder au contenu principal
Chronique agriculture et pêche

Burkina: l’association des éditeurs de journaux en langues nationales

Audio 02:56
Au Burkina, seulement 1% de la population maîtrise le français à l’écrit.
Au Burkina, seulement 1% de la population maîtrise le français à l’écrit. RFI/ Sayouba Traoré
Par : Sayouba Traoré
5 mn

Au Burkina, seuls 10 % de la population maîtrisent à l’oral la langue officielle, à savoir le français, et seulement 1 % à l’écrit. Dans le même temps, langues nationales sont négligées par les institutions, aussi bien au niveau administratif, que social ou culturel, alors qu'elles concernent 90 % de la population, principalement en milieu rural. Une étude sur la situation des journaux en langues nationales, réalisée en 1994, révèle la richesse et la multiplicité des titres en langues nationales. Plus de 60 titres ont paru à travers le paysage de la presse burkinabè depuis 1969. Au moment de l’étude, 32 avaient existé et ne paraissaient plus, 15 paraissaient momentanément, 10 étaient en projet et 3 paraissaient plus ou moins régulièrement. Ces journaux étaient initiés pour la plupart par des églises, des ONG, des associations et des projets de développement. Pourtant, les éditeurs de journaux en langues nationales ne rencontrent pas les appuis et les partenariats dont ils ont besoin.

Publicité

Evariste Zongo, coordinateur de l'association des éditeurs de journaux en langues nationales.
Evariste Zongo, coordinateur de l'association des éditeurs de journaux en langues nationales. RFI/ Sayouba Traoré

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.