Chronique des matières premières

Enchères de riz géantes en Thaïlande

Audio 01:36
Des fermiers dans une rizière en Thaïlande.
Des fermiers dans une rizière en Thaïlande. Getty Images/Patrick Foto

Le gouvernement thaïlandais met un million de tonnes de ses stocks de riz aux enchères. Mais il y a peu de chances que tout ce riz trouve preneur.

Publicité

Le gouvernement thaïlandais lance les plus grandes enchères de riz de la décennie. La junte veut montrer qu'elle agit pour écouler les immenses stocks accumulés par le régime précédent, celui de Yingluck Shinawatra. Avant d'être chassée du pouvoir en mai dernier, l'ancienne Première ministre avait tenu sa promesse électorale d'acheter la récolte aux paysans plus cher que le prix mondial pendant trois ans. Résultat : plus de 17 millions de tonnes de riz encombrent les entrepôts d'Etat, soit la moitié du commerce mondial de grain blanc !

On comprend le risque pour les militaires thaïlandais de brader tout ce riz, cela ne ferait que précipiter les prix mondiaux vers le fond, alors qu'ils sont déjà au plus bas depuis quatre ans. Avec des conséquences dramatiques pour les paysans du premier exportateur mondial de riz : leur revenu a déjà beaucoup baissé depuis que Bangkok ne leur achète plus leur récolte. Pas question pour la junte de donner une chance à la famille Shinawatra de revenir au pouvoir.

D'un autre côté, tout ce riz commence à s'abîmer. Alors les militaires lancent les plus grosses enchères en dix ans, mais de source de négoce, à des prix légèrement inférieurs à ceux de la nouvelle récolte. Pas de quoi provoquer la ruée des acheteurs. Un sixième du tonnage consiste en riz parfumé, qui devrait être acheté pour être écoulé sur le marché thaïlandais. Mais pour les 85 % restant, il s'agit de riz non parfumé, que le Vietnam, le Cambodge, ou la Birmanie, proposent déjà en abondance sur le marché international. C'est pourquoi seule une petite partie de ce million de tonnes devrait trouver preneur. Pour rejoindre par exemple l'Afrique de l'Ouest, où l'on préfère traditionnellement l'ancienne récolte, le grain est plus sec et donc il gonfle plus à la cuisson.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail