Accéder au contenu principal
Nouvelles technologies

Mars Helicopter, le futur drone compagnon des robots martiens

Audio 02:08
Les roboticiens de la NASA mettent au point un drone baptisé « Mars Helicopter », qui servira d’éclaireur, en fournissant la vue aérienne des obstacles à éviter.
Les roboticiens de la NASA mettent au point un drone baptisé « Mars Helicopter », qui servira d’éclaireur, en fournissant la vue aérienne des obstacles à éviter. Getty Images

L'agence spatiale américaine compte utiliser des drones pour explorer la planète rouge. Les roboticiens de la NASA travaillent à la mise au point d’un petit hélicoptère autonome, qui servira d’assistant éclaireur à ses futurs rovers martiens.

Publicité

Piloter depuis la terre un véhicule extraterrestre robotisé n’est vraiment pas de la tarte ! Le problème est récurrent, tous les engins martiens à roulettes qui crapahutent sur la planète Mars, accomplissent leurs exploits à la vitesse d’un escargot poursuivant une feuille de salade ! Mais cette extrême lenteur, qui caractérise ces explorateurs mécatronique, est facile à comprendre. Les terrains accidentés qu’ils traversent limitent leur visibilité et leurs déglacements nécessitent la plus grande prudence. Par ailleurs, les opérateurs depuis la Terre qui programment les excursions des robots martiens disposent uniquement des images délivrées par un satellite en orbite autour de la planète rouge. Le moindre obstacle - rochers, trous, ou crevasses - qui aurait échappé à la vigilance des ingénieurs aboutirait à une catastrophe ! L’engin se retournerait comme une crêpe ou pire se briserait. Adieu alors aux 2,5 milliards de dollars investis dans Curiosity, par exemple.

Pour se prémunir contre genre de problème, les roboticiens de la NASA mettent au point un drone baptisé « Mars Helicopter », qui servira d’éclaireur, en fournissant la vue aérienne des obstacles à éviter au futur robot de la mission américaine Mars 2020. Ce mini-hélicoptère permettra également de repérer les endroits à explorer en priorité. Il pèse un kilogramme, pour un mètre d’envergure, il volera à une altitude de 100 mètres, avec un rayon d’action de 600 environ. Reste le problème de sa mise au point ! En effet, le prototype qui fonctionne parfaitement sur notre planète évoluera dans une atmosphère martienne de très faible densité. Les pales du rotor de l’hélicoptère devront donc tourner beaucoup plus vite que sur Terre, soit 2 500 tours par minute pour parvenir à décoller avec, comme on l’imagine, une dépense énergétique accrue. Les ingénieurs du projet, sur le site de la NASA, viennent de publier la vidéo présentant le fonctionnement du drone de Mars, le petit compagnon qui suivra, fidèle comme une ombre, tous les futurs robots martiens. Vous avez des questions ou des suggestions, vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologies@rfi.fr

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.