Accents d'Europe

Une vie après la prison

Audio 19:30
© REUTERS/Charles Platiau

C’est une marque pas comme les autres et qui s’affiche comme tel. Au Portugal, la marque Reklusa, s’est imposée dans l’univers des accessoires de mode féminins et masculins. Des sacs et des trousses au design soigné et aux finitions impeccables. Mais, comme le suggère son nom, Reklusa est d’abord une entreprise de réinsertion pour les détenues. Dans la prison de Tires, au nord de Lisbonne, Marie-Line Darcy a suivi un de ces ateliers.

Publicité

C’est un curieux problème écologique auquel sont confrontés les Pays-Bas. Des petits séismes provoqués par l’exploitation d’un gisement de gaz naturel au nord du pays, près de Groningue. Pas de victimes, mais des dégâts matériels si bien que l’Etat a décidé de revoir la production à la baisse, comme nous l’explique Sabine Cessou.

Le pape François veut faire le ménage. Fort de sa belle popularité, le nouveau pape veut s’attaquer à l’organisation pyramidale de l’Eglise et surtout à ses pratiques douteuses, voire mafieuses. Mais, la curie, le gouvernement du Vatican fait de la résistance. Dans son dernier livre « François parmi les loups », paru aux éditions Philippe Ray, le journaliste italien Marco Politi nous dresse un portrait cinglant de cet univers impitoyable. Il a expliqué à Catherine Rolland quels changements le Pape souhaitait au sein de l’Eglise.

Ils sont citoyens russes, mais pas forcément considérés comme tels à Moscou. Les Caucasiens, qu’ils viennent de Tchétchénie ou du Daghestan sont nombreux à être venus chercher du travail à Moscou. Tout comme un certain nombre d’immigrés d’Arménie ou d’Azerbaidjan. Mais, beaucoup sont victimes de préjugés racistes et des campagnes menées par les mouvements nationalistes. Pourtant, dans la capitale russe, la jeunesse caucasienne revendique son identité, par le biais d’une danse la Lezginka, une danse traditionnelle. C’est le reportage d’Etienne Bouche.

Petit détour par Buckingham Palace. Les symboles éternels de la royauté britannique sont, parait-il, en danger. Les Welsh guards, impassibles militaires postés devant le palais, seraient la cible privilégiée d’attaques terroristes. Si bien que désormais les gardes sont gardés derrière les grilles, ou par des policiers lourdement armés. Carte postale londonienne signée Marie Billon.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail