Accents d'Europe

Des milliers de conducteurs britanniques sans permis, légalement

Audio 19:30
Un très jeune conducteur britannique, lors d'une séance avec un moniteur.
Un très jeune conducteur britannique, lors d'une séance avec un moniteur. © gearsdriving.com

Au Royaume-Uni, plusieurs milliers d’automobilistes conduisent sans permis, et cela en toute légalité. Car pour apprendre à conduire, pas besoin de prendre un seul cours en auto école, ni de passer un minimum d’heures derrière le volant avant de passer l’examen. Le pays dispose en fait de deux permis différents, le permis classique – Full Driving Licence – et le provisoire - Provisional driving licence – délivré tout simplement sur demande à toute personne d’au moins 17 ans. En voiture avec Marie Billon.

Publicité

Au volant dès 15 ans. Des apprentis conducteurs au volant dès 15 ans. C’est une première en Europe et cela se passe en France. L’âge de la conduite accompagnée a été baissé d’un an en novembre 2014, pour les ados qui ont obtenu leur code. Ils ont désormais 3 ans au lieu de 2 pour parcourir 3000 km avec un accompagnateur et passer le permis dès 17 ans et demi. Avantage du système: 20% de taux de réussite en plus à l’examen, une baisse du coût du permis de 500 euros et moins d’accidents la première année du permis. A priori, que des bonnes choses. Pourtant, confier le volant à un enfant de 15 ans ne règlera pas le principal problème : la mortalité des jeunes dans les accidents de la route, explique Chantal Périchon, présidente de la Ligue contre la violence routière.

Et aussi:

Chronique jeunes. C'est une idée qui fait son chemin au sein des Universités françaises : faire payer les étudiants étrangers plus cher que leurs camarades français et européens, soit 6000 euros par an au lieu de 300 euros. La France est l'un des pays – et pas seulement en Europe – qui accueille le plus grand nombre d'étudiants étrangers : 4 millions aujourd'hui et jusqu'à 7,5 millions en 2025, si les chiffres évoluent à ce rythme. Des frais de scolarité augmentés qui pourraient rapporter 850 millions d'euros. A en croire ceux qui la défendent, cette mesure n'aurait que des avantages... Eve Minault.

Votre conseiller musical. Des dizaines de millions de titres musicaux d’un clic, sans devoir aller acheter un CD en magasin, c’est la grande révolution musicale de ces dernières années. Les emblèmes de la musique en streaming ont pour nom Spotify ou Deezer. Avec une fonction qui surprend souvent ses adeptes : celles des recommandations. Alors comment apprend-on à une machine à conseiller de la musique ? Le reportage de Benoît Derrier à Stockholm, sur les terres de Spotify. 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail