Accéder au contenu principal
Aujourd'hui l'économie

La croissance en baisse en Indonésie

Audio 03:31
Le nouveau président indonésien, Joko Widodo, a lancé une série de réformes économiques.
Le nouveau président indonésien, Joko Widodo, a lancé une série de réformes économiques. REUTERS/Beawiharta

En Indonésie, la croissance a été de 5 % seulement en 2014. C'est la plus faible progression jamais enregistrée depuis cinq ans. 

Publicité

Ce qui a plombé l'économie indonésienne c'est un quatrième trimestre désastreux, avec un recul de 2 % par rapport au précédent. Cette contre-performance n'est pas vraiment une surprise. Ce grand pays émergent d'Asie du Sud-Est tire l'essentiel de sa richesse des matières premières : l'huile de palme, le caoutchouc, le pétrole, le charbon ou l'étain, qu'il exporte. Or, la demande mondiale en matières premières s'étiole et les cours flanchent. En décembre, les exportations indonésiennes ont donc reculé de 14 %. C'est la première cause du coup de mou du dernier trimestre.

Joko Widodo, le nouveau président, a par ailleurs profité de la chute des cours du pétrole pour supprimer les subventions au carburant. Une mesure très impopulaire mais indispensable pour assainir les finances publiques, 20 % du budget était jusqu'alors consacré à ces dépenses. Les prix à la pompe se sont donc envolés, ce qui n'a pas manqué de plomber la demande.

Les réformes du nouveau président ont donc un effet récessif

Joko Widodo compte sur les grands travaux pour relancer l'économie. Les investissements dans les infrastructures, notamment en transport, seront financés avec les montants économisés sur les subventions au carburant.

Il veut aussi imposer un choc de simplification à l'administration pour attirer les investisseurs souvent rebutés par les méandres de la bureaucratie locale. L'Indonésie va enfin développer son industrie pour diversifier une économie trop dépendante de l'exploitation des ressources naturelles. Ce programme est en grande partie sur les rails.

La croissance devrait donc repartir de plus belle cette année ?

C'est la prévision optimiste du président. Il table sur une hausse du Produit intérieur brut de 5,8 % en 2015. Les analystes indépendants saluent la politique économique du nouveau chef de l'Etat, mais ils sont plus réservés dans leurs prévisions.

L'appétit chinois pour les matières premières qui se tarit d'un côté, le dynamisme des Etats-Unis de l'autre, risquent de prolonger le reflux des matières premières et par conséquent de pénaliser durablement l'Indonésie. Elle ne pourra compter que sur ses forces internes pour prospérer.

Même avec ces ratés dans le moteur, l'Indonésie fait bien partie des nouveaux pays émergents qui éclipsent les BRICS, tous au ralenti voire à l'arrêt. Et cette croissance dynamique, les Indonésiens en ont bien besoin : 40 % d'entre eux vivent encore avec moins de 2 dollars par jour.


 
 
EN BREF DANS L’ECONOMIE

La monnaie ukrainienne a chuté de 30 % hier face au dollar

Une baisse attendue car la Banque centrale a renoncé à soutenir la grivnia, conformément à ce que lui demandait le Fonds monétaire international.

L'année dernière, la Banque centrale a puisé sans succès dans ses réserves pour défendre la grivnia, elle a perdu la moitié de sa valeur en un an. L'économie ukrainienne est en récession depuis deux ans.

Gilead, le laboratoire qui fabrique le médicament miracle pour guérir de l'hépatite C, divise par deux le prix de son traitement


Ce prix qui a fait scandale partout dans le monde, 84 000 dollars pour un traitement aux Etats-Unis, va baisser de 46 %. C'est la concurrence qui l'a contraint à brader sa molécule, car Abbvie a lancé un produit aussi efficace et bien moins cher.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.