Invité international

Plan de paix en Ukraine: «Il faut imposer une zone démilitarisée»

Audio 07:08
Angela Merkel, Petro Porochenko et François Hollande à Kiev, le 5 février 2015.
Angela Merkel, Petro Porochenko et François Hollande à Kiev, le 5 février 2015. REUTERS/Ukrainian Presidential Press Service/Mikhail Palinchak

Le président François Hollande s'est envolé pour la Russie où il doit retrouver Angela Merkel, la chancelière allemande. Ils vont tenter de convaincre le président russe Vladimir Poutine d'accepter un nouveau plan de paix dans l'est de l'Ukraine. Pour Philippe Migault, directeur de recherches à l'Institut des relations internationales et stratégiques (IRIS), il faut « séparer les belligérants. Les accords de Minsk ne sont jamais arrivés à ça. Séparer les belligérants, cela veut dire quoi ? Ça veut dire qu'on impose une zone démilitarisée suffisamment large. Un peu à l'image de ce qu'on avait en Côte d'Ivoire avec l'opération Licorne. Une zone de 10 à 20 km de large où les belligérants sont interdits de part et d'autre de la zone. Donc on coupe le contact, ce qui permet d'éviter les accrochages, accrochages qui sont facteurs de tensions supplémentaires comme on a pu le vérifier depuis le début de cette crise. Puis ouvrir les négociations sur le futur statut du Donbass ».