Accéder au contenu principal
Chronique des droits de l'homme

Honduras: Donald Hernandez défend les communautés face aux compagnies minières

Audio 03:36
Juan Orlando Hernández, président du Honduras.
Juan Orlando Hernández, président du Honduras. REUTERS/Jorge Cabrera

Le Honduras est considéré comme le pays le plus violent du monde, gangréné par le trafic de drogue, la corruption. Une violence qui n’a cessé de croître depuis le coup d’Etat du 28 juin 2009 qui a renversé Manuel Zelaya, accusé de vouloir instaurer un socialisme inspiré du chavisme vénézuélien. Les élections de novembre 2013 ont désigné Juan Orlando Hernandez à la présidence de ce petit pays d’Amérique centrale. Mais la violence continue, et les défenseurs des droits de l’homme sont particulièrement menacés. Véronique Gaymard a pu rencontrer, lors de son passage à Paris, l’avocat Donald Hernandez, qui défend des communautés spoliées de leurs terres au profit de compagnies minières.

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.