Invité du matin

Elisabeth Guigou: vis-à-vis de la Russie, «les Européens ont toujours agi groupés»

Audio 07:45
Elisabeth Guigou.
Elisabeth Guigou. RFI

Les obsèques de l’opposant russe Boris Nemtsov ont eu lieu hier, mardi 3 mars, à Moscou. Des milliers de personnes sont venus lui rendre un dernier hommage. Certains responsables européens n’ont pas pu assister à la cérémonie, notamment le président du Parlement polonais qui s’est vu interdire l’entrée sur le sol russe. Qu’est-ce que l’Europe peut faire aujourd’hui pour que la Russie ne s’isole pas de plus en plus ?Frédéric Rivière reçoit Elisabeth Guigou, députée socialiste de la Seine-Saint-Denis et présidente de la commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale. Elle évoque l’état des négociations sur l’Ukraine, le discours de Benyamin Netanyahu devant le Congrès américain et la place de la Syrie dans la lutte contre l'Etat islamique.

Publicité

« Il est très difficile de se figer durablement dans une position d’isolement. D’abord parce que l’économie russe souffre. Les sanctions ne sont pas anodines. Ce sont des sanctions de types financières. La baisse des prix du pétrole pèse lourdement sur l’économie russe et par conséquent, s’il est vrai que l’Union européenne dépend des livraisons de gaz russe, mais beaucoup moins maintenant qu’il y a trois ans, il est vrai aussi que l’économie russe dépend de l’Union européenne et de l’ensemble du climat mondial. »

Elisabeth Guigou estime "extrêmement fâcheux" le déplacements de quelques parlementaires français en Syrie:

« Si Daech était vraiment l'ennemi de Bachard el Assad, pourquoi est-ce qu'il ne retourne pas ces armes contre eux, plutôt que contre l'opposition modérée et contre le peuple syrien? Pourquoi? »

« Bachard el Assad ne donne pas l’impression de combattre l’Etat islamique, c’est lui qui a libéré les militants de Daech, donc il est responsable de cela; ce qui est important c’est d’essayer de sortir de cette impasse pour alléger les souffrances du peuple syrien, c’est un drame humanitaire, le plus important depuis la 2nde Guerre Mondiale! Il faut faciliter toutes les entreprises de médiations
 

Concernant la visite du Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu devant le Congrès américain, Elisabeth Guigou déclare :

"Je ne comprends absolument pas cette démarche de M. Netanyahu", "c'est la démarche d'un politicien en mal de réélection qui veut se faire voir et publier des images devant le Congrès américain mais il n'est invité que par des républicains. C'est une alliance électorale entre le Likoud et les républicains du Congrès américain."

"Cela fait maintenant plus de vingt ans, depuis 1992, qu'il alerte sur le fait que l'Iran va bientôt avoir la bombe nucléaire à brève échéance. Il disait encore en 2012 que c'était pour 2013 au plus tard. C'est récurrent dans sa rhétorique."

"On se demande si ce n'est pas fait pour détourner l'attention des Israéliens qui vont voter bientôt des vrais problèmes: quelques scandales et surtout ce qui menace vraiment la sécurité d'Israël qui est la persistance de la colonisation et du conflit israélo-palestinien."