Accéder au contenu principal
Accents d'Europe

Crimée, province russe : An I

Audio 19:30
Des femmes brandissent les portraits de Sergei Aksyonov, chef du gouvernement de Crimée, et de Vladimir Poutine, lors d'un concert organisé à Simferopol, pour marquer le premier anniversaire du rattachement de la péninsule à la Russie, le 16 mars 2015.
Des femmes brandissent les portraits de Sergei Aksyonov, chef du gouvernement de Crimée, et de Vladimir Poutine, lors d'un concert organisé à Simferopol, pour marquer le premier anniversaire du rattachement de la péninsule à la Russie, le 16 mars 2015. REUTERS/Maxim Shemetov
Par : Frédérique Lebel
23 mn

Un an après le rattachement de la Crimée à la Russie, et son cortège de dénonciations internationales et de sanctions, Moscou entend bien faire de cette journée du 18 mars 2015 le point d’orgue des célébrations. C’est jour férié en Crimée. Et tout a été mis en œuvre pour attirer la foule, sauf que la météo n’est pas de la partie. Selon Etienne Bouche à Sébastopol, les festivités ne ressemblent pas vraiment au discours conquérant affiché pour cet anniversaire…

Publicité

Le débat sur la fin de vie enflamme à nouveau la vie politique française. Alors que l’Assemblée nationale a adopté en première lecture une proposition de loi qui permet la sédation profonde du patient, les Britanniques débattent de la mort assistée.
Le texte est actuellement en discussion à la Chambre des Lords et concerne l’Angleterre et le pays de Galles. L’Ecosse étudie aussi une loi similaire.
Il y a dix ans, Westminster avait rejeté un tel texte, mais aujourd’hui l’opinion semble avoir évolué. Reportage signé Marie Billon.

Et en Allemagne, on s’apprête aussi à débattre. Dans un pays où la question de l’euthanasie est un vrai tabou historique, des groupes de travail se sont constitués au Bundestag pour élaborer un projet de loi. Actuellement, l’euthanasie active est interdite mais l’euthanasie passive n’est pas punie par la loi. A noter que le ministre de la Santé souhaiterait aller dans un sens plus restrictif en interdisant toute euthanasie passive.

Enfin, on ne peut parler de mort assistée sans parler de la Suisse. Un pays qui accueille un nombre toujours plus grand d’étrangers qui veulent choisir leur mort. Leur nombre a doublé en cinq ans. Ce qui n’est pas sans créer une controverse dans le pays. Le pays revendique, en effet, le droit de chacun à déterminer sa propre fin. Mais, il ne s’agit que d’une tolérance et sous certaines conditions. A Lausanne, Virginie Langerock.

 

Tout un symbole… A Francfort, le mouvement Blockupy fait le siège devant le tout nouveau siège de la Banque Centrale Européenne qui est inauguré aujourd’hui. A la –courte– liste d'invités triés sur le volet, s'est ajoutée, celle, beaucoup plus longue, de la rue : une dizaine de milliers de manifestants attendus dans la capitale financière européenne, et les festivités ont commencé tôt ce matin. C’est la chronique jeunes d’Eve Minault.

On l’appelle la Naïte, en portugais, dans le texte. A Lisbonne, on aime sortir et boire tard, si possible à l’air libre. Une rue est devenue le symbole de ces nuits sans fin, la rue rose dans l’ancien quartier chaud de la capitale, attire tous les fêtards. A tel point que la mairie a voulu légiférer en limitant l’heure d’ouverture des bars. Reportage à Lisbonne signé Marie-Line Darcy.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.