Accéder au contenu principal
Accents d'Europe

En Sicile, Caritas gère les souffrances des migrants

Audio 19:30
Des migrants arrivent en Sicile à bord du navire de patrouille italien «Spica». Photo datée du 15 février 2015.
Des migrants arrivent en Sicile à bord du navire de patrouille italien «Spica». Photo datée du 15 février 2015. REUTERS/Antonio Parrinello
Par : Catherine Rolland
22 mn

Pas une semaine ne se passe sans un nouveau drame de l’immigration, avec des barques surchargées d’hommes, de femmes et d’enfants et qui chavirent…Hier, la dépouille d'un migrant qui tentait de rallier l'Italie depuis la Libye a été repêchée en mer, au large de la Tunisie. 83 autres personnes ont pu être secourues. Le 17 mars 2015, un navire a versé au large de la Sicile : bilan 50 morts au moins. L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) avance le chiffre de 400 victimes depuis le début de l'année 2015. Un bilan qui laisse présager le pire pour l’été à venir, après une année 2014 de tous les records.Heureusement, certains arrivent à s’en sortir et débarquent sur les côtes sud de l’Italie ou en Sicile. A Palerme, le centre d’accueil d’urgence de la Caritas gère encore les arrivées du mois de juin 2014. Reportage de Cécile Debarge.

Publicité

La Sicile et l’Italie ne sont souvent que des lieux de passage pour les migrants. Dès qu’ils le peuvent, ils tentent leur chance plus au nord. Pays de prédilection : la Suède, la Grande-Bretagne, l’Allemagne et la France. La France où, comme un peu partout en Europe, le nombre de demandes d’asile a explosé : 63 000 demandes en 2014, deux fois plus qu’en 2007. Et l’examen des dossiers prend de plus en plus de temps. Pour se conformer aux nouvelles règles européennes, l’Ofpra, l’administration qui examine les dossiers en première instance, et la Cour nationale du droit d’asile qui gère les appels vont devoir traiter les dossiers en 9 mois, au lieu de 18. La réforme est en examen au Parlement. Mais à quel prix ? Reportage de Frédérique Lebel à la Cour Nationale du droit d’asile.

Et aussi :

70 ans après la fin de la Seconde Guerre mondiale, l’Autriche continue de se débattre avec son passé nazi. Le gouvernement a donc décidé d’interdire les signes de ralliement utilisés par les nostalgiques du IIIème Reich sur les plaques d’immatriculation des voitures. Nathanaël Vittrant.

Sortir dans la forêt des fées à Wayford dans le Sommerset. Les enfants clouaient sur les arbres de petites portes colorées pour les fées. C’est interdit désormais. Marie Billon.

Le choix musical de Vincent Théval : les Suisses Duck Duck Grey Duck « Walking ».

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.