Chronique des matières premières

La consommation de viande en hausse grâce aux pays émergents

Audio 01:46
La Chine a augmenté de 5% sa consommation de bœuf. (Photo: un marché à Jiaxing, en Chine).
La Chine a augmenté de 5% sa consommation de bœuf. (Photo: un marché à Jiaxing, en Chine). REUTERS/William Hong

La consommation de viande a progressé l'an dernier dans les pays émergents, mais pas en Occident.

Publicité

La consommation de viande continue d'augmenter grâce aux pays émergents et la volaille s'y taille la part du lion : 32 %. Sur la planète entière, 225 millions de tonnes de viande fraîche ont été englouties en 2014, a calculé Euromonitor International, soit une hausse de 3 % par rapport à 2013. Mais cette augmentation globale cache de fortes disparités selon les régions du monde.

La faim de viande continue de grandir de façon spectaculaire en Afrique, au Moyen-Orient et en Asie-Pacifique, avec l'accroissement de la population et l'augmentation du niveau de vie. La Chine a augmenté de 5 % sa consommation de bœuf, encore plus que celle de porc, pourtant base de la nourriture chinoise. Mais le pays dont l'appétit de viande a progressé le plus vite c'est l'Inde, qui engloutit aujourd'hui moitié plus de viande qu'en 2009. Il est vrai qu'elle part de loin, avec un tiers de végétariens.

En revanche, la consommation de viande fraîche recule encore une fois en Europe de l'Ouest et aux Etats-Unis. La nation du T-bone steak plébiscite désormais les œufs. La méfiance est croissante, pour des raisons de santé, vis-à-vis du bœuf, considéré comme trop gras. Les régimes végétariens continuent aussi de progresser dans les pays occidentaux, par égard pour les animaux, ou parce que l'élevage est considéré comme empiétant davantage sur les ressources de la planète, via l'alimentation du bétail.

Les seules viandes dont la consommation augmente, c'est la volaille plus maigre, mais aussi paradoxalement, l'agneau, pour une raison plus irrationnelle : l'engouement des Occidentaux pour les plats orientaux ! La chute de la consommation de viande en Europe a aussi désormais des raisons économiques. C'est le cas en Grèce, qui a délaissé la viande (-2,1 %), trop chère, pour les lentilles et les noisettes, seules denrées consommées de façon croissante par les Grecs.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail