Accéder au contenu principal
Invité Afrique soir

B. Hazard: il y a des «failles dans le dispositif de sécurité kényan»

Audio 05:01
Benoît Hazard, anthropologue au CNRS spécialiste du Kenya.
Benoît Hazard, anthropologue au CNRS spécialiste du Kenya. Capture d'écran France 24

Le Kenya est sous le choc au lendemain de l'attaque contre l'université de Garissa, dans l'est du pays, près de la frontière avec la Somalie. Cette attaque, qui a fait 147 morts et 79 blessés parmi les étudiants, a été revendiquée par les islamistes somaliens shebabs, désormais affiliés à al-Qaïda. Quels enseignements faut-il tirer de ce massacre ? Comment la menace des shebabs a-t-elle évolué ces derniers mois ? Pour en parler, Benoît Hazard, anthropologue au CNRS spécialiste du Kenya.

Publicité

« On sait que dans l’attaque de Westgate, un des membres du commandement attaquant venait de Garissa. C’est quand même bizarre. Un certain nombre de faits convergent aujourd’hui vers cette ville de Garissa. Elle fait l’objet d’une instabilité politique et peut-être qu’une partie de la population somali de cette région, majoritairement musulmane, est en train de basculer. »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.