Accéder au contenu principal
Invité Afrique

Dr Denis Mukwege: en RDC, «beaucoup de victimes attendent la justice»

Audio 08:37
Docteur Denis Mukwege.
Docteur Denis Mukwege. Sébastien Bonijol/RFI

Il a été le prix Sakharov 2014, un prix pour la liberté de l’esprit remis par le Parlement européen. Le Dr Denis Mukwege est ce médecin congolais qui depuis plus de 15 ans soigne les femmes victimes de viol à l’hôpital de Panzi à Bukavu dans l’est de la RDC.Un film documentaire lui est aujourd’hui consacré : L’homme qui répare les femmes, la colère d’Hippocrate. Signé des Belges Thierry Michel et Colette Braeckman, le long métrage sort officiellement le 15 avril sur les écrans belges, et est depuis deux semaines présenté en avant-première aux Pays-Bas, en Belgique et en France, avant le Québec et les Etats-Unis. De passage à Paris, le docteur Mukwege est l’invité de Sonia Rolley.

Publicité

Dans le film qui vous est consacré, vous racontez une anecdote terrible qui dit beaucoup : un jour vous avez opéré une fille de 8 ans, née à Panzi, issue elle-même d’un viol. Et c’est là que vous vous êtes décidé à prendre votre bâton de pèlerin pour témoigner à travers le monde. Où en est la situation aujourd’hui ?

Dr Denis Mukwege : Il y a deux ans, avec la diminution des zones de conflit après la défaite du M23, il y a beaucoup de groupes armés congolais qui ont rendu leurs armes. On constate quand même qu’il y a une diminution du nombre des victimes de viols et de violences sexuelles qui arrivent à l’hôpital. Par contre, ce qui est triste, c’est de constater que c’est un mal qui est entré et est en train de se propager dans la société comme une métastase d’un cancer. Ça arrive dans des zones où il n’y a pas de conflits. Ça ne veut pas forcément dire que ce sont des civils qui commettent ces actes puisqu’il y a un gros problème dans la démobilisation. Les personnes qui constituent aujourd’hui l’armée et la police viennent des groupes armés, la plupart de ces jeunes gens sont entrés dans des groupes armés très jeunes, ils ont appris à faire des atrocités sur les populations civiles. Ce n’est pas le fait de changer de tenue qui va changer leur façon de faire. Donc il y a un gros travail à faire sur le plan psychologique de tous ces jeunes qui ont pris les armes très jeunes.

Dans le film, on voit également beaucoup d’enfants arriver à l’hôpital. Est-ce que c’est aussi un phénomène que vous constatez, c’est-à-dire plus de viols sur mineurs ?

Absolument. Ça, c’est un phénomène tout à fait nouveau. Et c’est ce qui nous inquiète : ça se passe dans des endroits où il n’y a pas de conflits et ça se passe sur des mineurs, des enfants de moins de cinq ans. Pendant le conflit, on n’avait très peu d’enfants et aujourd’hui, le nombre d’enfants ne fait que s’accroître.

Dans le film, vous dites : « L’impunité a commencé ici à Lemera », Lemera c’est l’hôpital où vous vous trouviez dans les années 1990. Qu’est-ce qui s’est passé dans cet hôpital ? Et pourquoi, c’est un phénomène qui perdure jusqu’à aujourd’hui ?

En effet, à ce moment-là, on devait déjà se poser des questions par rapport à la guerre qui a commencé en 1996 puisque la première attaque s’était faite au niveau de l’hôpital de Lemera où les malades ont été massacrés dans leur lit. A cette époque-là, pour moi, c’était inimaginable que le monde puisse se taire devant une telle atrocité. Et j’en avais parlé avec les autorités internationales qui auraient dû agir. Mais il ne s’était rien passé. Quand vous tuez quelqu’un dans son lit de malade, après tout est permis.

On a vu quelques procès se dérouler, notamment le procès de deux groupes armés sur ces questions de viols. Est-ce que vous avez l’impression que les efforts sont suffisants pour lutter contre l’impunité ?

Ce n’est pas suffisant. Il y a beaucoup de victimes qui attendent de savoir pourquoi elles ont subi ce qu’elles ont subi et elles attendent la justice. Si on prend des cas isolés, ça ne pourra pas résoudre la question. Il faut pouvoir dire la vérité sur ce qui s’est passé entre 1996 à ce jour. Pourquoi les civils sont massacrés sans qu’il y ait des suites ? Pourquoi il y a ces viols massifs qui donnent une très mauvaise image de notre pays alors que ces viols massifs n’ont jamais existé avant, quand on a connu d’autres guerres, on n’avait jamais connu des viols massifs comme on en connaît aujourd’hui. Il faut qu’il y ait d’abord la vérité. On ne doit pas vivre dans un esprit de haine. Il faut absolument pouvoir avancer. Et il faut absolument une réconciliation.

Est-ce que ce que vous suggérez, ce serait une Commission de vérité et réconciliation (CVR) ?

Absolument. Lorsqu’on a signé les accords de Sun City, parmi les Commissions qui étaient mises en place, il y avait une CVR. C’est finalement la seule Commission qui n’a jamais fonctionné.

Certains vous reprochent d’avoir des discours trop politiques et peut-être vous soupçonnent d’avoir des ambitions. Que leur répondez-vous ?

Ce que je dis, c’est tout simplement un discours citoyen. Je rencontre des filles, des femmes, qui ont souffert énormément et qui n’ont pas la possibilité de s’exprimer. Je porte tout simplement leur voix.

Vous êtes parfois accusé de ternir l’image du pays, de ternir l’image de l’armée par vos discours à travers le monde. Est-ce que vous comprenez cette attitude des autorités congolaises, et finalement parfois ce manque de soutien à ce que vous êtes en train de faire au Sud-Kivu ?

Je suis Congolais, j’aime mon pays, je me bats pour mon pays. Je suis au Congo malgré toutes les difficultés que je peux rencontrer. Ce n’est pas en cachant la vérité, en vivant dans le déni d’une situation qui est grave qu’on va trouver des solutions. Je pense que dire tout simplement que ça ne va pas, ce n’est pas forcément donner une mauvaise image de son pays. La bonne image du pays devrait venir du fait que nous voulons résoudre le problème pour avancer une bonne fois pour toutes.

L’hôpital de Panzi a eu des problèmes tout récemment avec le fisc congolais, avec les impôts. On vous réclamait plusieurs millions de dollars. On a même saisi les comptes de l’hôpital. Est-ce que ce problème est réglé ?

Le personnel de l’hôpital était dans la rue pour demander son droit et refuser la discrimination. C’est un droit qu’il soit traité comme les autres qui ont le même statut. Et aujourd’hui l’affaire est toujours pendante.

Le même statut que d’autres hôpitaux qui bénéficient d’une certaine exonération...

Exactement, on en avait bénéficié depuis la création de l’hôpital. Et donc en novembre, nos comptes avaient été saisis et c’était leur droit de pouvoir réclamer puisque ça fait plus de quinze ans que nous travaillons avec ce statut. Pourquoi seulement au mois de novembre ? C’est là où on se réveille le matin et on se rend compte qu’il faut changer le statut. Mais l’affaire est pendante, nous attendons que le gouvernement puisse se déterminer sur cette question.

Cette année, l’année prochaine, un grand cycle électoral s’ouvre au Congo. Qu’est-ce que vous espérez pour votre pays ?

J’espère que tout peut se passer en toute démocratie et qu’il puisse y avoir une alternance. Nous, peuple congolais, nous rêvons une alternance démocratique, que nous ayons des élections qui nous permettent à ce qu’il y ait d’autres équipes qui peuvent proposer autre chose. Si chez vous, les choses marchent, c’est parce que l’opposition peut s’exprimer, peut venir avec ses propositions. Et si la population tranche pour un camp ou un autre, on fait progresser les choses. Si on échoue, il faut accepter qu’on ait échoué et on passe la main. Ce que j’espère pour le Congo, c’est que 2016 soit une année où nous allons vraiment jouir d’élections libres et transparentes et qui vont permettre au pays de construire une démocratie solide. Car si on y arrive en 2016, j’espère que ça pourra continuer après et que peut-être on va écarter les cycles de violence pour avoir le pouvoir.

La communauté internationale semble inquiète ces dernières semaines avec l’arrestation de jeunes activistes de la société civile congolaise et aussi de la société civile africaine en terme général, puisque « Y en-a-marre » et « le Balai citoyen » qui étaient à Kinshasa pour des rencontres autour de l’investissement des jeunes dans la citoyenneté. Ces jeunes sont aujourd’hui accusés de terrorisme, d’avoir voulu créer une insurrection armée au Congo. Qu’est-ce que ça vous inspire cette situation ?

C’est triste parce que cette jeunesse est une jeunesse qui réclame tout simplement qu’on s’occupe d’elle. C’est une jeunesse qui sent que leur avenir est hypothéqué, c’est une jeunesse qui ne voit pas l’espoir d’un emploi, qui ne voit pas un avenir devant lui. S’ils ne peuvent même pas avoir le droit de réclamer, c’est triste.


NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.