Nouvelles technologies

La 3D haptique (rediffusion)

Audio 01:53
La page d'accueil du laboratoire Miraisens.
La page d'accueil du laboratoire Miraisens. DR

Des chercheurs japonais ont mis au point une technologie « 3D haptique » qui donne la sensation de toucher les objets dans des images en relief. Des applications concrètes, utilisant ce procédé, sont pressenties dans le domaine de la télémédecine, de l'industrie, de la publicité ou du divertissement.

Publicité

Les premières interfaces « haptiques », un terme qui désigne des périphériques informatiques simulant les sensations du toucher, ont fait le bonheur des utilisateurs de jeux vidéo. Les plus connues sont les manettes à retour d’effort ou de force comme le volant d’une voiture virtuelle qui transmet l’état de la route et les vibrations du véhicule au joueur. Bien d’autres dispositifs vous permettent de ressentir des sensations de poids, de pression, ou de mouvement provenant d’un environnement virtuel qui est par définition pourtant insaisissable.

Les chercheurs japonais, du laboratoire Miraisens, ce qui veut dire « les sens du futur », viennent de mettre au point une technologie qu’ils nomment « 3D haptique », elle offre la possibilité de toucher du doigt des images en trois dimensions et en relief. Le principe de cette technologie est de tromper le cerveau en faisant correspondre ce que voit l’œil avec ce que ressent la main, grâce à des vibrations transmises à un petit récepteur que l’on emboîte au bout des doigts. C’est quasi magique, la coordination parfaite entre l’image et les vibrations permet de créer l’illusion totale du toucher.

Ce procédé équipera bientôt les smartphones et tous les écrans tactiles de nouvelles générations pour simuler la sensation de volume à une image de bouton, par exemple, qui résiste à la pression lorsqu’on appuie dessus. Cette innovation sera massivement employée dans le secteur du divertissement comme le cinéma ou les jeux vidéo en 3D. Mais les chercheurs travaillent déjà à des applications pour l’industrie des services, de la télémédecine à la conception de maquettes numériques que l’on peut manipuler et modifier au doigt et à l’œil. Cette nouvelle interface homme-machine nous permettra peut-être un jour de serrer la main d’un visiteur virtuel ou de ressentir physiquement des objets qui n’existent pas et ainsi de s’affranchir du mur de la réalité pour rejoindre celui de la virtualité.

Vous avez des questions ou des suggestions, vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologies@rfi.fr

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail