Accéder au contenu principal
Autour de la question

Pourquoi faire l'anthropologie des petites choses?

Audio 49:30
Anthropologie des petites choses
Anthropologie des petites choses (c) Editions le Bord de l'eau

Notre invité du jour, l'anthropologue François Pouillon, s'interrogera auutur de la question suivante : «Pourquoi faire l'anthropologie des petites choses ?»

Publicité

L’anthropologie ne sert-elle qu’à analyser les peuples exotiques ? Il faut, dit-on, de la distance pour « étudier les mœurs des autres peuples » (Descartes). On admet cependant aujourd’hui que l’on peut l’appliquer aux sociétés proches, et il y existe même de nombreux travaux dans ce sens. Celui-ci se veut un peu différent. Dans une série de notes (rangées dans un abécédaire), François Pouillon fait état de sa perplexité lorsque, de retour des pays arabes sur lesquels il s’est spécialisé, il revoit les petites choses de chez lui sous un jour différent, délivré en tout cas de l’illusion que nous vivons dans le meilleur de mondes possibles... (4ème de couverture de l'ouvrage l'Anthropologie des petites choses paru aux Editions Le bord de l'eau).

AvecFrançois Pouillon, anthropologue, directeur d’études à l’Ecole des Hautes Etudes en Sciences Sociales. Il est l’auteur de nombreuses publications sur le monde arabe. Il a récemment dirigé un Dictionnaire des orientalistes de langue française (3e édition 2012), ainsi que des collectifs sur Sexe et sexualité au Maghreb (en coll., 2010),  Terrains d'écrivains : littérature et ethnographie (avec A. Bensa, 2012) ou Pratiquer les Sciences Sociales au Maghreb (avec Md Almoubaker, 2014).

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.