Aujourd'hui l'économie

Alcatel-Lucent dans le giron de Nokia

Audio 03:38
Nokia apparait comme le sauveur d'Alcaltel-Lucent.
Nokia apparait comme le sauveur d'Alcaltel-Lucent. REUTERS/Markku Ulander/Lehtikuva

Le Finlandais Nokia a déposé sa demande en mariage auprès du Franco-Américain Alcatel-Lucent. Si elle est validée, cette fusion-acquisition aboutira à la création en 2016 d'un nouveau champion de l'équipement télécom.

Publicité

Un champion européen qui dépasserait d'une courte tête le numéro un mondial, le suédois Ericsson et qui serait donc armé pour affronter les poids lourds, notamment venus de l'est, les Chinois EZT et surtout le géant Huawei. C'est lui qui mène la danse depuis une dizaine d'années en offrant la 2G la 3G puis maintenant la 4G à prix cassé. Avec ce mariage Nokia veut mettre le paquet sur la 5G en augmentant de 25 % le budget de recherche et développement, en recrutant à nouveau des chercheurs en France.

Il y a urgence à reprendre la main car chacun de leur côté les deux promis sont passés à côté des grosses ruptures technologiques des dernières années. Le français n'a pas pris le virage du mobile et ne s'en est jamais vraiment remis et le finlandais qui dominait le monde avec ses mobiles costaud et bon marché a totalement raté le coche des smartphones.

Un mariage de raison dont on parle depuis des années déjà

Ce mariage intervient après des alliances malheureuses. Alcatel a épousé l'Américain Lucent en 2006, mais la fusion n'a jamais pris. Elle a certes ouvert le marché américain, mais n'a pas créé de nouvelle dynamique pour le Français. La même année Nokia s'allie à l'Allemand Siemens, faute de synergie entre eux, il rachète ses parts quelques années plus tard.

Ces unions ont surtout obligé les deux entreprises à réduire drastiquement leur coût. C'est pourquoi même si des emplois vont sans doute encore être sacrifiés sur l'autel des noces franco-finlandaises, ce n'est pas la finalité de ce mariage. Et ce n'est pas d'une seule opération de réduction des coûts que viendra le nouvel élan. Il leur faudra innover et tirer le meilleur parti des forces de chacun.

Nokia apparait comme le sauveur d'Alcaltel-Lucent

Les deux entreprises sont de poids équivalent en termes de chiffres d'affaires et d'emplois. Mais en termes de résultats, l'avantage est bien du côté du finlandais. Après des années de descente aux enfers, Nokia fait à nouveau des bénéfices. En un an sa valorisation boursière a grimpé de 40 %. Il a les moyens d'acquérir Alcaltel-Lucent, d'imposer son nom et ses dirigeants à la nouvelle entité. Il pourrait aussi lui faire profiter de sa culture de résilience.

L'entreprise née il y a 150 ans pour fabriquer du papier a toujours réussi à renaitre de ses cendres. La mariée est richement dotée. Alcatel-Lucent ouvre la porte du marché américain au Finlandais et met dans la corbeille une belle pépite: ses 20 % de part de marché dans le routage IP, cette technologie qui permet un passage accéléré des données sur internet par le filaire. Nokia est totalement absent de ce segment en plein boum en Chine.
 


♦ En bref dans l'actualité économique :

Blablacar, la start-up française leader du covoiturage absorbe deux de ses concurrents

En rachetant l'allemand carpooling.com et le hongrois autohop, Blablacar conforte sa position de numéro un européen. L’entreprise qui met en relation automobilistes et passagers via internet connait une croissance exponentielle depuis sa création il y a 9 ans.

La banque asiatique d'investissement dans les infrastructures comptera 57 membres fondateurs

C'est ce qu'annonce Pékin qui a de quoi s'enorgueillir du succès rencontré par cette nouvelle institution de financement. Elle comptera au total 57 fondateurs, parmi eux l'Iran Israël et une kyrielle de pays européens. Son siège sera à Shanghaï et la majorité des capitaux chinois.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail