Invité du matin

François Lamy: pour les migrants, «la réponse est d’abord européenne»

Audio 08:04
François Lamy.
François Lamy. RFI

Dimanche 19 avril, ce sont 800 personnes qui ont trouvé la mort dans le naufrage de leur bateau, selon des chiffres fournis hier, lundi 20 avril par le Haut Commissariat des Nations unies aux réfugiés et l’Organisation internationale pour les migrations. Un sommet extraordinaire de l’Union européenne aura lieu demain, mercredi 22 avril, un plan d’action portant sur une dizaine de points y sera examiné. Il prévoit entre autres le doublement des moyens pour la mission de surveillance maritime Triton, qui pourrait patrouiller dans une zone plus large, et participer aux secours. Une mesure de capture et de destruction des bateaux utilisés par les passeurs est également envisagée. Quel doit être aujourd’hui le rôle de la France face à ce problème considérable ?Pour répondre à cette question, Frédéric Rivière reçoit François Lamy, député PS de l’Essonne, membre du Bureau national et du Conseil national du PS, et conseiller politique auprès de Jean-Christophe Cambadélis, qui évoque ces problèmes sur l’immigration et aussi l’organisation interne au Parti socialiste.

Publicité

« Je crois que la réponse est d’abord et avant tout européenne. Pour l’instant, c’est l’Italie qui supporte le fardeau de l’accueil des migrants et ce sont les migrants qui meurent. Et donc, tout le monde sait où se trouve la solution. La solution, elle se trouve en Libye. Mais il faudra quand même ne pas l’oublier, parce que toutes les mesures qui pourront être prises dans les prochains jours serviront, excusez-moi de l’expression, à colmater les brèches, mais ne suffiront pas à enrayer le phénomène. Il y a bien entendu ce que l’Europe compte faire contre les passeurs, donc contre ceux qui organisent. C’est le départ des migrants et dans des conditions absolument effroyables, puisqu’ils savent très bien que pour une partie d’entre eux, ils les emmènent à la mort. Et puis, il y a aussi le fait que toute l’Europe doit maintenant être en capacité d’assumer ses responsabilités. Il y a très, très peu de pays qui accueillent ces migrants. »


NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail