Accéder au contenu principal
Nouvelles technologies

Des micro-robots d’une force herculéenne

Audio 01:58
Un MicroTug tirant une tasse de café.
Un MicroTug tirant une tasse de café. YouTube/ bdmlstanford

Les robots MicroTugs, mis au point par des chercheurs américains, ne pèsent que quelques grammes. Petites mais costaudes, ces mini-machines sont capables de déplacer des objets 100 fois plus lourds et 2 000 fois plus grands qu’elles, à l’aide de leurs pattes « adhésives » reproduisant celles du lézard gecko.

Publicité

On ne le dira jamais assez, la taille n’a vraiment aucune importance ! Une preuve supplémentaire et une démonstration technique que la grandeur ne fait rien à l’affaire vient d’être présentée dans le domaine très pointu  de la robotique. Les chercheurs de l'université Stanford aux Etats-Unis viennent de développer des robots modèles réduits d’une force herculéenne impressionnante. Les MicroTugs ressemblent à des jouets à l’allure fragile, mais ne vous y fiez pas. Ils sont petits certes, mais puissants !

La première de ces mini-machines pèse 12 grammes et délivre une force de traction qui lui permet de tirer, derrière elle et à l’horizontale, une tasse remplie de café dont le poids globale fait 600 grammes. Un deuxième engin de 9 grammes escalade une paroi verticale en soulevant allégrement une charge d’un kilogramme. « Proportionnellement, un humain serait capable de trainer derrière lui une baleine bleue », commentent les chercheurs dans les vidéos qu’ils ont publiées sur la chaine YouTube du labo Biomimétiques de l’université.

Mais ces poids plumes ont un secret. Leurs pattes sont tapissées d'un « adhésif sec » qui s'inspire directement de la nature, plus particulièrement du gecko, un lézard capable de courir au plafond sans jamais tomber. Pour s’accrocher aux surfaces lisses, le reptile utilise naturellement les « forces de van der Waals », du nom de son découvreur, qui caractérisent les interactions électriques de faible intensité qui se produisent entre les molécules des poils microscopiques qui recouvrent les pattes de l’animal et celles du support sur lequel il galope ou reste « scotché » .

Les chercheurs ont équipé leurs robots avec cet adhésif qui imite les poils du gecko. Les MicroTugs se déplacent aussi à la façon des chenilles en alternant les mouvements de leurs pattes, les unes restant collées au sol, les autres projetées en avant permettent à l’engin de se déplacer. Les scientifiques espèrent bientôt commercialiser cet adhésif artificiel révolutionnaire destiné aux bâtisseurs du futur, qui auront toujours besoin d’un petit robot gecko herculéen à porté de main pour les aider à soulever des montagnes.

Vous avez des questions ou des suggestions, vous pouvez nous écrire à blocked::mailto:nouvelles.technologies@rfi.fr" href="https://mail.rfi.fr/owa/redir.aspx?C=648ede56e9674f3bace16a9e61097a3c&URL=mailto%3anouvelles.technologies%40rfi.fr">nouvelles.technologies@rfi.fr

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.