Géopolitique, le débat

Le Kurdistan, une nation, des Etats?

Audio 49:30
Un convoi de peshmergas kurdes traverse Erbil (capitale du Kurdistan irakien) pour rejoindre Kobane, le 28 octobre 2014.
Un convoi de peshmergas kurdes traverse Erbil (capitale du Kurdistan irakien) pour rejoindre Kobane, le 28 octobre 2014. REUTERS/Azad Lashkari

Partagé entre quatre pays au moins, multiconfessionnel même si le sunnisme est largement majoritaire, riche d’au moins deux langues et de plusieurs dialectes, traversé par des courants politiques parfois divergents, le Kurdistan forme pourtant une vraie Nation, sans doute la plus importante au monde à ne pas avoir d’Etat. Même si la province autonome kurde du nord de l’Irak en a bien des aspects. S’il apparaît aujourd’hui comme un élément clé de la stabilité régionale, le Kurdistan n’en présente pas moins des signes de confusion interne très anciens.

Publicité

Avec :

- Hosham Dawod, anthropologue au CNRS. Ancien directeur de l’antenne de l’Institut Français du Proche-Orient en Irak.
- Timour Muhdine, maître de conférences à l’INALCO, l’Institut national des langues et civilisations orientales où il enseigne la littérature ottomane.
- Maria Fantappie, analyste senior à l’International Crisis Group, spécialiste de l’Irak, et plus particulièrement du Kurdistan irakien.
 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail