Revue de presse française

A la Une : une atmosphère de fin de règne

Audio 06:10

Publicité

« Ça craque à Damas » : c'est le grand titre de Libération avec une photo de Bachar al-Assad, le portrait du président syrien mitraillé dans les rues d'Idleb, ville conquise il y a moins de deux mois par ses opposants. « Revers militaires, pouvoir divisé, économie exsangue » : d'après Libé, « une atmosphère de fin de règne gagne la capitale. Le régime Al Assad sent le vent tourner ». Précisons que l'article est signé d'Hala Kodmani, journaliste franco-syrienne qui milite ouvertement pour le renversement du pouvoir à Damas... Reste que depuis mars, l'Armée de la conquête, une nouvelle coalition rebelle « enchaîne les succès ». Elle réunit des groupes islamistes, nationalistes, opposés aussi bien au régime syrien, qu'aux djihadistes de l'Etat Islamique. Des succès que Libération explique par un changement de politique de l'Arabie Saoudite. Son nouveau Roi s'est rapproché de la Turquie et du Qatar, deux des principaux soutiens des rebelles. Une manière de contrer l'Iran, allié de Bachar Al Assad. 

« Les caisses sont à sec », confie un fonctionnaire syrien, désormais à la retraite. « Quand les salaires des militaires ne sont plus payés depuis quatre mois, c'est que l'heure est grave ». La chute vertigineuse de la Livre syrienne aurait semé la panique dans la population. Un commerçant de Damas, cité par Libé, annonce le départ de nombreux habitants favorables au régime. « Le comble », écrit enfin le journal dans son éditorial, « c'est que l'on est réduit à se demander si c'est une bonne nouvelle. Ce pays a connu tant de changements d'alliance qu'il devient difficile de distinguer les bourreaux des victimes. »

Trafic de joyaux

Pendant ce temps, en Syrie et en Irak, les djihadistes pillent les trésors historiques. Le Figaro fait sa Une sur ce « carnage culturel, le dossier noir de Daech », accusé par l'UNESCO de crimes contre l'Humanité. Le groupe Etat islamique menace Palmyre, un joyau antique dans le désert syrien. On peut voir une photo d'archive des vestiges de cette ville gréco-romaine, et sur la montagne, un château-fort du XVIè siècle. L'objectif des destructeurs, on le sait, est d’effacer toute trace du passé, mais il s'agit aussi d'un trafic. Un expert en contre-terrorisme nous explique que pour financer la guerre, les objets volés sont revendus, dans les pays du Golfe, et en Occident. Via plusieurs intermédiaires, ils passent par la frontière turque, l'Europe de l'est, avant d'arriver à Paris, Berlin ou Londres. En cas de contrôle, on présente un faux catalogue, un certificat falsifié, en trichant sur l'âge de l'objet. D'après cet expert américain, « la police est bien davantage à l'affût d'argent en liquide, de drogue, ou de migrants clandestins ».

Chômeurs passeurs

D'après La Croix, de plus en plus de Français se lancent sur ce marché. Ce sont des chômeurs ou des personnes occupant des emplois précaires. Certes ils restent très minoritaires par rapport aux passeurs d'Europe de l'Est, mais il semble y avoir un créneau. Ces personnes utilisent leur véhicule pour tenter de faire franchir la frontière à un migrant. Il y a par exemple ce commerçant au bord du dépôt de bilan qui raconte devant le tribunal. Il se faisait payer 1.500 euros par voyage dans sa fourgonnette. Pour payer ses factures, pour donner à manger à ses enfants, mais il a fini par être arrêté lors d'un contrôle de la police britannique. Il y a aussi des jeunes conducteurs recrutés par un réseau asiatique dans des cités de région parisienne. La justice, confrontée à des dizaines de cas ces derniers mois, serait pour le moment plutôt clémente.

Putsch mal préparé

La presse française suit également les derniers événements au Burundi, après l'échec du coup d'Etat. « Le régime contre-attaque », titre Libération qui évoque les risques d'un « bain de sang ». « L'instabilité règne au Burundi », titre Le Figaro, tout aussi inquiet des « risques de représailles ». Un journaliste burundais, joint par le quotidien, estime que l'opération contre le président Nkurunziza a été « mal préparée. C'était trop tôt, il fallait au moins s'assurer du soutien de tous au sein de l'armée ».

 Brouhaha total

Dans les journaux français encore, beaucoup de commentaires sur la réforme des collèges. « Un happening qui tutoie l'excellence », écrit Le Midi Libre. Alors que la classe politique se déchire sur des mesures qui visent à corriger un système très inégalitaire, le journal parle d'un « piètre débat qui agite aujourd'hui nos élites. Le brouhaha est total, les gros mots fusent, les syndicats se divisent. Demain, certains descendront dans la rue, d'autre pas. Du grand art »

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail