Accents d'Europe

La guerre des affiches à Budapest

Audio 19:30
L'une des trois affiches du parti satirique «Le chien à 2 queues»: «On s'excuse d'avoir un premier ministre pareil».
L'une des trois affiches du parti satirique «Le chien à 2 queues»: «On s'excuse d'avoir un premier ministre pareil».
Par : Laurent Berthault
24 mn

Certains Hongrois n'acceptent pas la campagne d'affichage gouvernementale anti-immigrés dans les rues du pays. Le chef du gouvernement ne se contente pas, en effet, d’annoncer la construction d’une clôture de 175 km à la frontière serbo-hongroise, ou de menacer de suspendre le texte communautaire qui régit l’accueil des migrants. Il a placardé de nombreuses affiches incitant les migrants à quitter la Hongrie.Avec 60.000 demandeurs d’asile depuis le début de l’année, la Hongrie est la 3ème porte d’entrée dans l’Union Européenne. Mais, la Hongrie reste un pays de transit. Et la campagne gouvernementale a finalement déclenché une contre campagne. A Budapest, c’est la guerre des affiches. Florence la Bruyère.

Publicité

Rarement, un poète danois aura autant fait parler de lui en son pays. Avec un recueil de poèmes tirés à plus de 100 000 exemplaires, et récompensé de plusieurs prix, le jeune Yahia Hassan est devenu non seulement un phénomène littéraire au Danemark, mais aussi une figure controversée qui veut aujourd’hui entrer en politique. Sung Shim Courier l’a rencontré, lors d’une lecture à Copenhague.

Milan sans l'Afrique? L’Expo de Milan est-elle vraiment universelle ? Certes, 145 pays sont représentés, dont 36 pays africains, mais il faut bien les chercher. Illustrant les déséquilibres économiques et politiques entre nord et sud au niveau mondial. Seuls 3 d’entre eux ont un vrai pavillon, dont le plus imposant est celui de l’Angola, la puissance pétrolifère et 4e producteur de diamants au monde est bichonnée par l’Italie. Qu’en est-il des autres ? L’Afrique à L’expo, un reportage de Mathilde Auvillain.

Diaporama

Schneidertempel

A Istanbul, la galerie Schneidertempel est une ancienne synagogue, transformée en espace dédié à l’art dans les années 1990. Ce bel endroit est un témoin de l'histoire de Galata, qui fut et reste le quartier de prédilection des juifs d’Istanbul – c’est-à-dire de moins de 30.000 personnes aujourd’hui. Visite avec Anne Andlauer.

Chronique musique. Angleterre. Stealing Sheep. Par Vincent Théval.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail