Revue de presse Afrique

A la Une: Côte d’Ivoire, Ouattara mise sur l’éducation

Audio 04:27
© AFP/Pius Utomi Ekpei
Par : François-Xavier Freland
9 mn

Publicité

Fraternité matin salue le projet du gouvernement ivoirien qui voudrait rendre l’école obligatoire sur l’ensemble du territoire national pour tous les enfants de 6 à 16 ans. La décision du président Alassane Ouattara est suffisamment rare et importante pour ne pas qu’on s’y arrête. On sait bien que l’éducation est le meilleur rempart au populisme, voire au terrorisme.

Pour ce faire, le président Ouattara devrait rapidement faire passer une ordonnance pour « accompagner la mise en œuvre de cette scolarisation obligatoire, afin notamment de réintégrer les enfants qui ont quitté le système éducatif ». Selon Fratmat, « le succès de la politique de scolarisation obligatoire ne sera garanti que si les familles y sont pleinement associées et se l’approprient ».

Elle vise à « donner à toutes les filles et à tous les fils de notre pays le droit à l’éducation, à une formation de qualité », a affirmé hier Alassane Ouattara, à l’issue d’un séminaire gouvernemental sur le sujet. Selon le site Abidjan.net, l’Unesco a félicité la Côte d’Ivoire pour son projet d’école obligatoire de six ans à 16 ans.

Une réforme scolaire ambitieuse et coûteuse

Le gouvernement ivoirien prévoit une enveloppe de 700 000 milliards de francs CFA pour mener son projet. « Si le gouvernement a déjà mobilisé 600 milliards de Fcfa, il est en quête de 100 milliards Fcfa », selon Fratmat.

Selon le site Koaci.com, 600 000 milliards seront alloués aux salaires, mais aussi pour le recrutement de près de 5 000 nouveaux enseignants en plus et évidement des kits et des manuels scolaires aux enfants. Les 100 milliards restant serviront à la réalisation d’infrastructures scolaires, notamment la construction de nouvelles classes et écoles.

Un projet scolaire opportuniste à trois mois des élections présidentielles ?

Le site d’information Lepointsur.com préfère revenir sur les belles promesses déjà non tenues du gouvernement. « Décidément, la Côte d’Ivoire est en passe de devenir ce pays où des décisions salutaires sont prises sans toutefois être réellement appliquées », peut-on lire. « Une situation qui pose la question de l’opportunité de telles sorties souvent à grand renfort médiatique du gouvernement ».

Et lepointsur.com cite pèle mêle ; la réforme du code foncier tant annoncée qui devait faciliter l’accès au logement, l’interdiction de fumer dans les lieux publics, l’interdiction des sacs non biodégradables, l’interdiction de la vente de médicaments dans les rues, ou la communication au volant. Autant de mesures restées sans suite, selon Lepointsur.com et prises à l’en croire « seulement pour faire plaisir au président de la république »...

La nouvelle tactique de Boko Haram

Plutôt que les attaques militaires, « après le Nigéria et le Tchad, constate le site Cameroon Info, les insurgés viennent d’inscrire le Cameroun dans la liste des cibles de leurs nouveaux modes opératoires, à savoir les attentats suicides ». En effet, le groupe terroriste semble opter de plus en plus pour des attentats suicide, après celui de N’Djamena samedi au Tchad, c’était au tour de la ville de Fotokol au Cameroun d’être la cible dimanche d’un double attentat suicide, faisant 13 morts. « Se moquant quelque peu de leur puissant voisin, Idriss Deby, Paul Biya et Mahamadou Issouffou auront manifestement sous-estimé la force de nuisance du groupe terroriste », estime le journal guinéen en ligne le Djely.com qui constate au passage que pendant ce temps, au Nigeria même, « les attentats se suivent les uns après les autres, au point de se banaliser. C’est à croire que le pays n’a pas changé de chef... S’il ne se réveille pas, Muhammadu Buhari pourrait être plus ridicule que le malchanceux Goodluck Jonathan », lit-on dans le Djely.com.

IBK : plus en forme que jamais ?

« Le président Ibrahim Boubacar Keita a bien regagné Bamako sur ses deux jambes, en entier, plus souriant, plus engagé et plus déterminé que jamais », se félicite le journal La Nouvelle patrie qui revient sur ce qu’il appelle les rumeurs folles de ces derniers jours. Vendredi dernier alors que IBK se trouvait en Turquie, coups de fils en provenance de Paris, sms, ont nourri les rumeurs sur son état de santé, « certains le donnaient mourant, sinon tout simplement mort », rappelle La Nouvelle Patrie. Des rumeurs pour « intoxiquer l’opinion », selon le quotidien bamakois, « alors que depuis mars 2012, le Mali patauge dans une sale situation » selon lui. Photo à l’appui, même si des lunettes de soleils masquent ses yeux, on découvre un président IBK, visiblement en forme ; à la descente de l’avion. « Un président plus en forme que jamais ! » même estime le quotidien La nouvelle patrie, qui en cette fin de Ramadan, compare même le président IBK, seul contre tous, au prophète... La comparaison n’est pas forcément habile dans un pays cerné par les groupes jihadistes en tout genre...

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail