Accéder au contenu principal
L'Épopée des musiques noires

Paris-Bamako

Audio 46:00
Paris Jazz Festival 2015.
Paris Jazz Festival 2015. Franck Marchal/Paris Jazz Festival

Chaque été, depuis 22 ans, le Paris Jazz Festival fait honneur aux cultures mondiales en invitant des musiciens de tous horizons. Les 11 et 12 juillet 2015, le Mali rayonnait dans le Parc Floral de Paris grâce à la virtuosité d'artistes, dont la notoriété et l'énergie ont insufflé une humeur africaine palpitante. Les spectateurs venus très nombreux ont ainsi pu vibrer sur les rythmes et les harmonies hérités de traditions ancestrales.

Publicité

Boubacar Traoré.
Boubacar Traoré. Franck Marchal/Paris Jazz Festival

Chacun des instrumentistes a exprimé sa propre histoire, a conté son épopée, a célébré son patrimoine. Il paraissait donc naturel d'accueillir en ouverture de ce programme ambitieux un homme sage et discret. Le chanteur et guitariste Boubacar Traoré (73 ans) eut le privilège d'inaugurer ce voyage au cœur des musiques noires. Malmené durant de longues années, il nous a raconté sur scène sa destinée unique et a appelé à l'unité de son pays natal. Sa seule présence imposait un respect unanime et une écoute attentive.

Songhoy Blues.
Songhoy Blues. RFI/Joe Farmer

Les jeunes trublions du groupe Songhoy Blues furent d'ailleurs très émus de croiser la route du patriarche. Et même si leur parcours ne peut être comparé à celui de leur aîné, notons tout de même que des troubles sociaux ont conditionné l'aventure de tous ces artisans de la musicalité afro-blues. A 35 ans de distance, Boubacar Traoré et Songhoy Blues ont dû affronter les soubresauts d'une nation fragilisée par la violence et la corruption. Pourtant, les drames de l'histoire n'ont jamais entamé leur détermination à idéaliser un Mali indivisible.

Eric Bibb.
Eric Bibb. Franck Marchal/Paris Jazz Festival

Pour cela, il faut apporter le savoir et la connaissance aux populations, offrir une vision altruiste à ses contemporains et militer pour l'échange et le dialogue. Le World Kora Trio, emmené par 3 créateurs d'origine différente, fait le vœu d'une entente cordiale à travers une forme de jazz hybride et multicolore. Eric Longsworth, le violoncelliste, est Américain. David Mirandon, le batteur, est Français. Cherif Soumano, maestro de la Kora, est Malien. A eux trois, ils réinventent une mondialisation généreuse et pleine d'espoir. 

Habib Koite et Mama Koné.
Habib Koite et Mama Koné. Franck Marchal/Paris Jazz Festival

 

Le duo Eric Bibb-Habib Koite pourrait aisément revendiquer les mêmes valeurs tant sa musicalité prend sa source sur la terre des ancêtres. Eric Bibb invoque l'esprit du Blues originel quand Habib Koite s'en remet aux préceptes de ses aïeux. Qu'ils parlent anglais ou bambara, leur vocabulaire est universel. Ils nous guident, nous apaisent, nous éclairent sur notre quotidien et notre devenir.

 

En l'espace de 48h, le Paris Jazz Festival nous a conduits bien plus loin que Bamako. Il nous a montré le chemin de la tolérance entre les peuples. Un sacré défi dignement relevé par nos prestigieux invités. 

Le site Paris Jazz Festival: cliquer ici

 

 

Paris Jazz Festival 2015.
Paris Jazz Festival 2015. RFI/Joe Farmer

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.