Accéder au contenu principal
Nouvelles technologies

BeeRotor, le drone aux beaux yeux d’abeille (rediffusion)

Audio 02:31
Le BeeRotor est équipé de capteurs optiques inspirés de la vision des abeilles.
Le BeeRotor est équipé de capteurs optiques inspirés de la vision des abeilles. Getty Images/Jim Cummins

Des chercheurs français en bio-robotique ont mis au point le premier drone capable de suivre un terrain accidenté grâce à des capteurs optiques inspirés de la vision des insectes. Le BeeRotor vole à vue aussi bien qu’une abeille, sans recourir aux instruments classiques de la navigation aérienne.

Publicité

Rappelons que les drones sont de merveilleux outils à tout faire, qui ne servent pas uniquement à narguer les forces de l’ordre en survolant les espaces interdits de la capitale française, des centrales nucléaires ou à espionner la maison de son voisin. Comme tous les aéronefs, des avions en passant par les fusées, ces robots volants sont équipés d’instruments de navigation aérienne et en particulier d'accéléromètres qui leur permettent de se diriger grâce à la gravitation indiquant la direction du centre de la Terre. Ce détecteur indispensable sert à corriger les effets de roulis, de tangage et à stabiliser leur vol.  

Une belle invention réservée aux machines qui n'a pas son équivalent chez les insectes, ces animaux s’en passent très bien, ils déambulent en regardant simplement le paysage. Comment ? Les insectes possèdent des yeux composés d'une multitude de facettes, toutes séparées les unes des autres, équipées chacune de lentilles et de capteurs de lumière. Contrairement à l'œil humain, leurs yeux concaves leur offrent une vue panoramique à 360° où s’affiche une mosaïque d’images superposées, toujours nettes sans mise au point. Grâce aux milliers de récepteurs qui tapissent leur système oculaire, ils s’orientent en fonction du changement des images qui défilent autour d’eux.

Deux chercheurs de l’université Aix-Marseille en France se sont inspirés de la nature pour concevoir un drone qui imite la façon dont les insectes naviguent. BeeRotor, c’est sont nom, règle sa vitesse, sait éviter les obstacles grâce à un œil électronique qui ressemble à celui des abeilles. Les bio-roboticiens ont équipé leur machine d’un capteur de flux optique qui permet à l’appareil d’analyser le défilement du paysage lors de ses déplacements. 

Ce drone est un prototype qui pèse 80 grammes et mesure 47 centimètres de long. L’engin est captif, il est fixé à un bras et tourne en rond dans un tunnel dont les murs sont recouverts de photographies simulant un panorama accidenté. La réussite est totale, le capteur optique de quelques grammes du BeeRotor permettra de créer des robots industriels de toute petite taille pour inspecter, par exemple, des tuyauteries.

Une technologie qui intéresse aussi les concepteurs de  sondes spatiales pour les équiper avec les beaux yeux des abeilles afin de faire mouche et de se poser sans dommage, en naviguant à vue, sur de lointaines comètes.


Vous avez des questions ou des suggestions, vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologies@rfi.fr

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.