Accéder au contenu principal
Si loin si proche

Sur la trace de peuples perdus

Audio 49:30
Ari, de l’ethnie Asmat, le cannibale craint de tous, en 1975.
Ari, de l’ethnie Asmat, le cannibale craint de tous, en 1975. Jean-Pierre Dutilleux

Ils sont Pygmées, Toulambis, Mikeas, Asmat, Kayapos ou Mursis… Ces peuples, parmi les plus isolés de la planète, vivent de Madagascar à l’Amazonie ou l’Ethiopie, en passant par la forêt équatoriale du Congo ou l’Irian Jaya en Indonésie. Depuis plus de 40 ans, Jean-Pierre Dutilleux, ethnographe et cinéaste belge, les rencontrent et les filment chez eux, au fin fond des brousses et des forêts lacustres. Là, où ils se cachent souvent de notre monde aussi furieux que moderne. Activiste de la cause amazonienne aux côtés de Raoni, grand chef kayapo qu’il a contribué à faire connaître, Jean-Pierre Dutilleux est l’auteur de « Sur la trace des peuples perdus », un ouvrage aux allures de récits d’aventures. Un plaidoyer aussi pour ces ethnies en voie de disparition.

Publicité

 

- Pour en savoir plus sur le travail de Jean-Pierre Dutilleux, allezici

-Ici, le site de la Rainforest Foundation et par là celui de l’Association pour la Forêt vierge

- Pour suivre les combats des autochtones menés avec l’ONG Survival International, c’est par là

 

Bibliographie :

- « Sur les traces de peuples perdus », Jean-Pierre Dutilleux. Editions Hugo Doc.

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.