Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

Le scandale Volkswagen rend le platine encore moins précieux

Audio 01:36
Getty Images/Graeme Williams

Métal des pots catalytiques sur les voitures diesel, le platine a vu son prix s'effondrer après les révélations sur la tricherie de Volkswagen.

Publicité

Le scandale Volkswagen rend le platine encore moins précieux. Le constructeur allemand a truqué la mesure de pollution de ses véhicules diesel. De quoi enrayer l'essor de ce type de motorisation en Amérique du Nord, où le diesel commençait à peine à se développer. De quoi surtout remettre en cause le poids du parc diesel en Europe, pas moins de 45 % des véhicules !

C'est ce qui a porté un sacré coup aux prix du platine, cette semaine : le métal précieux est passé sous les 930 dollars l'once, du jamais vu depuis six ans et demi. L'usage principal du platine, 30 à 40 % du métal précieux, c’est de recouvrir les catalyseurs des pots d'échappement des véhicules diesel. Et ce débouché est maintenant bien compromis.

Cela n'arrange pas les affaires des groupes miniers, qui déjà se débarrassent peu à peu de leurs avoirs dans le platine. Les deux tiers de l'industrie perdent de l'argent, y compris les deux géants, Lonmin et Amplats, après cinq mois de grève dans les mines d'Afrique du Sud, où se concentre 80 % de la production ; après également une chute prolongée des prix du platine, sur lesquels pèse le ralentissement de l'économie mondiale et particulièrement de l'économie chinoise, sans compter que les bijoux de platine n'ont plus autant la cote de Shanghai à Pékin.

Le platine a déjà perdu 23 % depuis le début de l'année, et plus de la moitié de sa valeur depuis son record de 2011 (1912 dollars l’once). Le métal précieux pourrait même perdre son avance sur son petit frère dans la famille des platinoïdes : le palladium. A l'inverse du platine, les prix du palladium ont fortement grimpé cette semaine (à plus de 650 dollars l’once), parce que ce métal précieux est majoritairement utilisé dans les catalyseurs des voitures à essence. Une motorisation qui risque bien de reprendre des parts de marché aux véhicules diesel.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.