Éco d'ici éco d'ailleurs

Les failles de l’espace économique méditerranéen

Audio 49:30
Des bâteaux de pêche en Tunisie.
Des bâteaux de pêche en Tunisie. Wikimedia Commons/Elcèd77/CC

Cette semaine, Eco d’ici Eco d’ailleurs s’installe à Marseille pour évoquer les difficultés et les réussites de l’espace économique méditerranéen. Car au-delà de la volonté des gouvernements, des accords entre Bruxelles et les capitales du nord de l’Afrique, l’impact des printemps arabes, d’une croissance européenne qui se languit et des crises proche-orientales fait de la zone méditerranéenne un ensemble difficile à saisir. Pour le cerner quatre invités ont accepté l’invitation de Jean-Pierre Boris : Mourad Ezzine, directeur du Centre pour l’intégration en Méditerranée, une émanation de la Banque mondiale ; Jean-Louis Reiffers, président du Conseil scientifique de l’Institut de la Méditerranée ; Tahar Rahmani, délégué général de l’Agence pour la coopération et le développement local en Méditerranée (ACIM) et Pierre Massis, délégé général de l’Office de coopération économique pour la Méditerranée et l’Orient. (OCEMO)

Publicité

La Méditerranée politique

Depuis dix ans les dirigeants français n’ont jamais négligé les relations avec l’autre rive de la Méditerranée. Exemple avec des déclarations de Jacques Chirac (2005), Nicolas Sarkozy (2007) et François Hollande (2015).

Archive Méditerranée - Jacques Chirac (2005), Nicolas Sarkozy (2007) et François Hollande (2015)

Le tourisme : produit marseillais phare

Marseille est une ville qui connaît bien des vicissitudes économiques. Le taux de chômage y est de 13%, supérieur à la moyenne nationale. L'un des secteurs qui a le vent en poupe, c'est le tourisme. Et c'est un reportage Eco d'ici Eco d'ailleurs signé Ablaa Jounaidi du service économique de RFI.

Marseille, destination touristique phare

Les investissements français en Algérie

En Algérie, les premiers investisseurs privés étrangers sont les Français, les Syriens et les Turcs. Les Espagnols et les Portugais ont beaucoup investi dans la construction et le bâtiment. Les Turcs ont de gros projets avec les entreprises privées, ils vont ouvrir une grande usine de textile. L’essentiel des partenariats actifs concerne l’agro-alimentaire avec notamment l’huile d’olive, les figues, les dattes ou encore le lait. Selon les experts algériens, créer une force économique méditerranéenne sur ces produits permettrait d’exporter vers d’autres marchés, asiatiques ou africains. Mais avant même d’évoquer l’exportation, l’une des priorités des autorités algériennes est de renforcer les capacités des filières agricoles et agro-alimentaires pour sa consommation interne, car de nombreux produits de base comme le blé ou le lait sont importés.
C’est ce qu’a permis l’investissement en Algérie de l’entreprise française Bretagne Internationale dans le secteur du lait. Dans trois régions, des producteurs de lait algériens ont été accompagnés par des experts algériens et français pour améliorer leur production et les résultats sont très positifs. C’est le sujet du reportage de Leïla Beratto dans la région de Blida, au sud d’Alger.

Le financement de la filière laitière en Algérie

La diaspora algérienne de Marseille

La diaspora algérienne, en particulier celle de Marseille, a le regard tournée vers l'Algérie. Ablaa Jounaidi lui consacre un second reportage Eco d'ici Eco d'ailleurs.

Les Franco-algériens regardent vers Alger

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail