Accéder au contenu principal
Nouvelles technologies

Un droneport pour le Rwanda

Audio 02:06
Deux lignes de transports aériens fonctionneront en parallèle, la Red Line est réservée aux services d’urgence, la Blue Line est destinée aux entreprises.
Deux lignes de transports aériens fonctionneront en parallèle, la Red Line est réservée aux services d’urgence, la Blue Line est destinée aux entreprises. DR

Les drones livreurs ont de l’avenir en Afrique, il ne reste plus qu’à développer des infrastructures pérennes qui accueilleront les futurs coursiers du ciel. Le cabinet d’architecture et de Design Foster + Partners, spécialiste en conception d’aéroports, compte créer en 2016 son premier droneport africain au Rwanda.

Publicité

En 2010, un  jeune entrepreneur grec de la Silicon Valley californienne avait démontré que l’on pouvait utiliser les robots volants à usage militaire autrement que comme machine à tuer. L’idée de drones humanitaires a fait son chemin et aujourd’hui, le concept d’un réseau de distribution d’urgence par drones prend une nouvelle dimension en Afrique. Le cabinet d’architecture Foster + Partners qui possède une expérience considérable dans la réalisation d’aéroports internationaux, annonce la construction du premier droneport sur le continent, au Rwanda précisément.

Début de la phase pilote du projet dès 2016. Les drones de livraison décolleront depuis un hub, à la manière des avions de ligne qui s’envolent de la plaque centrale de leur compagnie aérienne. Les coursiers du ciel ont une envergure de 3 mètres, embarquent une charge utile de 10 kilos. Ils seront capables de parcourir jusqu’à 100 km afin de récupérer leur marchandises puis de les acheminer à l’endroit voulu.

Deux lignes de transports aériens fonctionneront en parallèle, la Red Line est réservée aux services d’urgence, la Blue Line est destinée aux entreprises. Elle délivrera des fournitures high-tech comme des composants électroniques ou des pièces de rechange pour les machines-outils des entreprises. Le commerce des livraisons par drone devrait alors suffir à subventionner le réseau Red Line des urgentistes.

Le droneport se compose d’un bâtiment comprenant une structure en briques en forme de voûte. C’est à la fois un centre de réparation et de maintenance des appareils, un atelier de fabrication de drones, une gare de tri du courrier et des paquets et la plaque tournante d’un commerce de services aériens. Si le projet donne satisfaction, Foster + Partners envisage de construire trois autres droneports en 2020, afin de couvrir 44 % du Rwanda et plus tard d’en créer plus de 40 à travers le pays puis de s’étendre au Congo voisin. « Demain, les robots volants en feront autant pour l’Afrique que le téléphone portable aujourd’hui », prédit Jonathan Ledgard, le responsable du département Afrotech de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne en Suisse, qui a convaincu le cabinet d’architecture Foster + Partners de se lancer dans cette aventure céleste.

Vous avez des questions ou des suggestions, vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologies@rfi.fr

 

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.