Accéder au contenu principal
Nouvelles technologies

Une cervelle numérique de rat

Audio 02:10
La simulation informatique, est en tout point fidèle au comportement électrochimique du modèle naturel des rongeurs.
La simulation informatique, est en tout point fidèle au comportement électrochimique du modèle naturel des rongeurs. CC/ Wikimedia Commons

Les chercheurs du centre international de la simulation Human Brain Project sont parvenus à modéliser par ordinateur une partie de la cervelle d’un rat. Cette simulation numérique qui reproduit le comportement biologique et électrique du tissu cérébral de l’animal est une première étape vers une reconstitution complète et virtuelle d’un cerveau humain.

Publicité

Toutes les caboches humaines, même les plus dures, renferment une cervelle, qui est l’organe moteur de nos existences, siège de nos pensées, nous permettant accessoirement de prendre conscience, à la fois du monde qui nous entoure et de se sentir vivant, selon le précepte « je pense donc je suis » du philosophe René Descartes. Le fonctionnement de nos cellules nerveuses est incroyablement complexe.

Potentiellement, cent mille milliards d'interconnexions peuvent se produire entre les 86 ou 100 milliards de neurones que nous possédons, selon les chercheurs qui n’arrivent toujours pas à se mettre d’accord sur leur nombre exact. Le projet scientifique européen Human Brain s’est donné comme mission de comprendre de quelle manière nous travaillons constamment du ciboulot ! Et compte parvenir à simuler numériquement un cerveau humain complet sur des superordinateurs d'ici à 2020

Une équipe internationale de chercheurs, conduite par l’Ecole polytechnique de Lausanne en Suisse, vient d’apporter une précieuse contribution au projet, en réussissant la 1ère reconstitution virtuelle, d’une partie du néocortex d’un rat.

Cette représentation numérique 3 D, qui correspond à un tiers de millimètre cube du tissu cérébral de l’animal, renferme quelque 30 000 neurones modélisés connectés par près de 40 millions de synapses numérisés

Précisons que dans le monde biologique, ces structures sont les moteurs de l’influx nerveux en transmettant les messages électriques ou chimiques entre les neurones. La simulation informatique est en tout point fidèle au comportement électrochimique du modèle naturel des rongeurs, indiquent les chercheurs en précisant que « cette reconstruction virtuelle ouvre la voie à la capacité de prédire le flux électrique dans 40 millions de synapses ».

Il s’agit d’une première étape vers la création d’un simulateur de cerveau humain. Une cartographique de la dynamique des interactions neuronales en 3D, permettrait de développer des applications concrètes dans le domaine des neurosciences, comme d’expérimenter par ordinateur de nouveaux traitements pour les maladies dégénératives telles que Parkinson et Alzheimer ou d’inventer une nouvelle informatique fonctionnant comme le cerveau. En revanche, inutile se torturer les méninges plus longtemps, pouvoir télécharger notre psyché dans des machines est encore hors de notre portée, ont conclu les chercheurs du Human Brain Project.

Vous avez des questions ou des suggestions, vous pouvez nous écrire à nouvelles.technologies@rfi.fr

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.