Accéder au contenu principal
Revue de presse française

A la Une: Corse, une salle de prière musulmane saccagée

Audio 06:27
AFP
12 mn

Publicité

Cela s’est passé hier à Ajaccio. L’événement, qui a manifestement pris de cours la presse écrite nationale, figure tout de même en Une des journaux Le Parisien et Le Figaro.

Ce dernier se borne à souligner que l’ambiance est « très tendue » à Ajaccio, tout en rapportant sobrement les faits tels que décrits par l’Agence France presse, sans autre forme de commentaires.

Le Parisien estime de son côté que la mobilisation de presque 600 personnes hier après-midi dans les rues d’Ajaccio n’avait « sans doute rien de spontané. Bien au contraire ». Le journal relève que dans cette manifestation de soutien aux pompiers, certains hurlaient en langue corse « Arabi Fora » (« les Arabes dehors »). D’autres criaient : « On est chez nous ». Selon Le Parisien, ces manifestants étaient « chauffés à blanc par les jeunesses indépendantistes soupçonnées d’être à l’origine de ce mouvement ».

Et il note que le préfet de Corse, Christophe Mirmand, apostrophé, a dû faire face à une foule « virulente prête à en découdre ». Une foule qui répondait aux slogans diffusés sur le réseau social Twitter de Gilles Simeoni, le nouveau président du conseil exécutif de Corse, qui signait un message de soutien aux pompiers : « Honte à ceux qui ont fait ça  ! », au sujet de l’agression initiale des pompiers dans un quartier d’Ajaccio.

RCA : report de l’angoisse

En Centrafrique, le report de trois jours du scrutin présidentiel, laisse la classe politique indifférente. Ou presque. Les principaux candidats à la présidentielle ont accueilli la nouvelle avec une « certaine bonhomie », constate sur place Le Figaro. « S’il faut en passer par là… », soupire, fataliste, le socialiste Martin Ziguélé dans les colonnes du quotidien français. « C’est la meilleure option pour ce pays où tout est toujours difficile », acquiesce, également dans Le Figaro, son rival Anicet-Georges Dologuélé.

Mais tel n’est pas l’avis de Désiré Bilal Kolingba. « Pourquoi seulement trois jours et non pas plus, s’il y a un risque que l’élection se passe mal ? », interroge cet autre candidat dans le journal français.

En tout cas, ce ne sont pas des risques de violences politiques qui ont poussé la communauté internationale à valider ce report, souligne Le Figaro, mais des raisons « techniques », telles que le « retard de livraison » des bulletins de vote.

Trois jours de retard ? « C’est la voie de la raison, explique au Figaro le Premier ministre centrafricain. Voter dimanche, c’était courir un risque inutile. Trois jours est le minimum pour rendre les choses acceptables. […] Tous les fonctionnaires, les instituteurs et les infirmiers vont être réquisitionnés et cela se passera très bien », assure Mahamat Kamoun.

Trois jours de report pour raisons techniques ? Amateur de bons mots, le journal Libération évoque, lui, un « report de l’angoisse », en référence au film de Howard Hawks « Le port de l’angoisse ».

Et l’angoisse en Centrafrique, Libé est allé la percevoir à Bambari, troisième ville de la RCA, au centre-sud du pays, où, s’ils espèrent un « retour au calme », les habitants redoutent un « nouveau cycle de violences ». A Bambari, la situation reste « volatile, constate Libération. Les rancœurs et la méfiance sont bien ancrées entre des communautés qui vivaient jadis côte à côte. […] La fracture entre les communautés est profonde. Les divisions de la ville reflètent celles de la RCA ».

Remaniement : Hollande prépare son lifting

Selon Le Figaro, François Hollande pourrait procéder à un « lifting » de son équipe, fin janvier ou début février, après la séquence commémorative des attentats de janvier et après sa tournée des vœux qui commence le 4 janvier […] et se termine le 21 […].

Beaucoup de spéculations dans les prédictions du quotidien, comme de coutume en pareil cas. Seule certitude du Figaro : la sortie de la ministre du Logement, Sylvia Pinel, promise à l’exécutif de la région Languedoc-Roussillon-Midi-Pyrénées. Et beaucoup de questions sur le départ ou non du ministre des Affaires étrangères Laurent Fabius.

Sport : champions des champions

Au classement des champions des champions du monde en 2015, les gagnants sont… chez les hommes, une fois encore, et pour la quatrième dans ce classement du quotidien sportif L’Equipe, le sprinter jamaïcain Usain Bolt, triple champion du monde sur 100 m, 200 m et 4x100 m, et, chez les femmes, la tenniswomen américaine Serena Williams, arrivent en tête de ce hit-parade. Dans les colonnes de L’Equipe, Usain Bolt, conquérant comme jamais, prévient sans langue de bois que, dans la perspective des Jeux olympiques de Rio, « ça sera dur de le battre »…

Côté français, l’équipe de France de handball arrive septième du classement chez les hommes, tandis que la cycliste spécialiste du vélo tout terrain (VTT) Pauline Ferrand-Prevot est, elle, classée troisième chez les femmes.

Autant de champions qui, parmi tant d’autres, rendent « la vie plus douce », veut croire L’Equipe Magazine en cette fin d’année terrible que fut 2015 et qu’évoque avec mélancolie ce journal.

Etant tout de même rappelé que quelques-uns de ces sportifs censés rendre la vie plus douce se font parfois épinglés par la justice pour cause de dopage, c’est à se demander, à la lecture de l’Equipe Magazine, si le sport, à tout prendre, n’est pas l’autre opium du peuple…

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.