Accéder au contenu principal
Chronique des matières premières

2016: année difficile pour les groupes miniers

Audio 01:42
Une vue de la mine de Bathopele du groupe minier britannique Aglo American, à Runstenburg, en AfriqueduSud, le 11 juin 2015. Numéroun mondial du platine, le groupe a annoncé en juillet son intention de vendre ses principales mines en Afrique du Sud.
Une vue de la mine de Bathopele du groupe minier britannique Aglo American, à Runstenburg, en AfriqueduSud, le 11 juin 2015. Numéroun mondial du platine, le groupe a annoncé en juillet son intention de vendre ses principales mines en Afrique du Sud. AFP PHOTO / MUJAHID SAFODIEN
Par : Altin Lazaj
4 mn

2016 sera une année difficile pour les groupes miniers. Frappés de plein fouet par la chute des cours des matières premières, ils luttent pour rester à flot.

Publicité

L’année 2016 s’annonce aussi mauvaise que 2015 pour les groupes miniers dans le monde. Les experts sont pessimistes quant à une remontée à court terme des cours des matières premières. Par conséquent, les sociétés minières auront du mal à résister. Elles devront réduire leur voilure: fermer des sites, tailler dans les effectifs et couper dans les dépenses. À l’image du Britannique Anglo-Américan qui va fermer des mines et réduire de près de deux tiers sa masse salariale.

Finis donc l’âge d’or pour les groupes miniers qui a duré presque dix ans. Une période prospère grâce à la croissance économique de la Chine et d’autres pays émergents. Très gourmands en matières premières industrielles, ces pays ont poussé les cours vers des records. Devant une telle situation, les entreprises minières de toute taille se sont fortement endettées afin d’augmenter la production.

Problème : elles ont surestimé la croissance de la demande et, dès que les prix ont commencé à s’effondrer, elles se sont vite retrouvées avec des coûts de production élevés. Le signal du déclin est donné par la Chine, le plus gros consommateur du monde. À cause de son ralentissement économique, elle a réduit ses importations de matières premières.

Une autre pression sur les cours a été exercée par les géants du secteur minier eux-mêmes ; ils ont inondé le marché afin d’éliminer les concurrents de petite taille . Demande en baisse, surabondance de l’offre, les prix ont donc chuté. C’est pour cette raison que la faiblesse des cours fait plus de dégâts parmi les petites et moyennes entreprises du secteur. Celles-ci ne sont plus rentables, car leur coût de production dépasse les prix sur les marchés. Elles seront donc obligées de mettre la clé sous la porte. Les spécialistes attendent dorénavant un rééquilibrage du marché par l’offre. Il faut que la production et les énormes stocks de matières premières baissent pour que les prix recommencent à monter.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.