Accéder au contenu principal
Accents d'Europe

Des micro-producteurs de Gin au Royaume-Uni

Audio 19:30
Ian Hart, ancien banquier à la City, a raccroché son costard en 2008 pour créer sa marque de gin. Il en a vendu 34 000 bouteilles en 2014.
Ian Hart, ancien banquier à la City, a raccroché son costard en 2008 pour créer sa marque de gin. Il en a vendu 34 000 bouteilles en 2014. RFI/Marie Billon
Par : Laurent Berthault
22 mn

C’est la boisson préférée de la Reine, et elle revient à la mode au Royaume-Uni : Gin, Tonic et autres cocktails font leur grand retour. Et pas seulement dans les bistrots chics et bars des quartiers branchés. Les amateurs veulent désormais le produire eux-même. Des apprentis sorciers, des scientifiques un peu foufou et des distillateurs du dimanche, mais pas seulement. Reportage de Marie Billon.

Publicité

Et aussi:

Représailles anti-turques

Le 1er janvier 2016, la Russie a commencé à appliquer une longue série de sanctions, notamment un embargo sur ses produits agricoles. Une nouvelle étape dans la grave crise diplomatique entre Moscou et Ankara déclenchée le 24 novembre dernier, lorsque l’armée turque avait abattu un avion de chasse russe accusé de violer son espace aérien à la frontière syrienne. Depuis, les intenses relations économiques entre les deux pays sont mises à mal. Aujourd’hui, l’inquiétude s’est emparée des milieux d’affaires turcs en lien avec la Russie. A Istanbul, un reportage d’Anne Andlauer.

Plaquez-là

Une pénurie inédite frappe la Bulgarie : il n'y a plus assez de plaques d'immatriculation pour les nouveaux véhicules. Pas question de se fournir à l’étranger, les plaques doivent être homologuées. Mais pour l’instant l’appel d’offre est bloqué. Damian Vodénitcharov.

Chronique Jeunes: les tanguys espagnols

En Espagne 80% des moins de trente ans vivent encore chez leur parents, faute de pouvoir financer la location ou l'achat d'un appartement. Eve Minault.

Sortir

 Un nouvel espace qui devrait séduire les jeunes Madrilènes et les moins jeunes : la Morada, dans le quartier d’Arganzuela, au sud de la capitale. Un lieu politico culturel ouvert au citoyen, ouvert par les parti des Indignés Podemos, troisième force politique espagnole depuis les législatives 20 décembre. Et on en retrouve la patte. A Madrid, François Musseau.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.