Accéder au contenu principal
Aujourd'hui l'économie

De Las Vegas à Détroit, l’automobile se réinvente

Audio 03:26
Présentation du nouveau modèle de voiture de General Motors au salon de l'automobile de Détroit, le 10 janvier 2016
Présentation du nouveau modèle de voiture de General Motors au salon de l'automobile de Détroit, le 10 janvier 2016 REUTERS/Rebecca Cook

Le salon mondial de l'automobile ouvre ses portes ce lundi à Détroit avec un moral au beau fixe pour les marques historiques.

Publicité

Il y a de quoi être euphorique. Plus de 17 millions de véhicules ont été vendus en 2015 aux États-Unis, un record qui pourrait être enfoncé cette année. L'industrie automobile gagne à nouveau de l'argent avec une recette inchangée : comme au bon vieux temps, elle fabrique les chars à moteur demandés par le grand public. Si on fait un zoom sur cette photo du marché, il y a pourtant des modifications sensibles dans ces voitures : aujourd'hui, 86 % des automobilistes utilisent des applis à bord.

Après avoir pénétré le moteur, l'électronique se répand dans l'habitacle. Et dans leur tête les conducteurs sont déjà passés à l'étape suivante, d'après un récent sondage, les trois quarts d'entre eux sont convaincus que la voiture autonome sera bientôt la norme. Une mutation en marche, selon les experts : le véhicule autonome sera généralisé d'ici 15 ans. Autre prévision : d'ici 5 ans, le chiffre d'affaires de la voiture connectée aura triplé.

Comment anticiper cette révolution

Les constructeurs historiques ne savent pas encore vraiment comment va évoluer leur modèle économique, d'où la contre-offensive tous azimuts. Ils ont mis les bouchées doubles pour combler leur retard en matière de voiture autonome, un créneau où ils étaient défiés par des acteurs pratiquement Asans passé industriel, comme Tesla, Google ou Apple. Renault-Nissan a présenté la semaine dernière les tests de ses Leafs autonomes, la voiture électrique déjà sur le marché est donc capable de se passer de conducteur. Les autres marques sont aussi sur la ligne du départ. Une dizaine de constructeurs, dont Ford, BMW, Mercedes et Volkswagen ont le feu vert des autorités américaines pour faire rouler leur prototype en Californie.

Produire c'est bien, mais vendre à qui ? C'est pour répondre à cette question que General Motors a fait une autre annonce spectaculaire la semaine dernière. Le géant de Détroit s'invite dans le capital de Lyft, une société de mise à disposition de véhicule comme Uber qui aimerait bien à l'avenir se passer de chauffeur. General Motors veut voir de près et comprendre.

Détroit, berceau histoiruque des quatre roues

Ces annonces ont été faites en marge du salon grand public de l'électronique de Las Vegas. Le CES (Consumer Electronics Show) est fréquenté depuis de longues années par les équipementiers. Inversement les acteurs émergents du marché automobile comme Tesla et Google ne prennent pas la peine de faire le déplacement à Détroit. Pourtant c'est encore dans le berceau historique des quatre roues que se joue le marché réel, où l'on peut tester en grandeur nature le véhicule de ses rêves.

Les entreprises innovantes en matière d'électronique en ont pris acte et elles sont de plus en plus nombreuses à s'y rendre. La proximité temporelle des deux salons témoigne surtout de la fusion croissante entre ces deux univers. Un mélange où deux types d'industries s'affrontent pour récolter le maximum de valeur.

La voiture connectée, nouveau champ de bataille de cette guerre du futur

Ce qui fera la valeur d'une auto, ce sera de moins en moins les chevaux sous le capot et de plus en plus les données collectées sur l’usager. Avec les informations communiquées par les applications, on peut proposer un service pour intervenir en cas de panne ou d'accident, suivre sa maintenance, mais aussi proposer des services qui concernent la maison ou les distractions du passager bientôt libéré de la conduite.

Apple et Google essaient de capter cette manne avec leur propre interface, CarPlay et Android Auto, toutes deux proposées aux constructeurs. Ford a mis au point un système concurrent, mais équipe ses voitures avec toutes les versions disponibles. Laissant à l'usager le choix de déterminer qui sera le grand gagnant du marché automobile de demain.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.