Chronique des matières premières

Premier déclin de la production chinoise d'acier en 25 ans

Audio 01:51
Un employé dans une usine d'acier dans la province du Hubei, en Chine.
Un employé dans une usine d'acier dans la province du Hubei, en Chine. Getty Images

En 2015, la Chine a vu sa production d'acier chuter pour la première fois depuis 1991.

Publicité

L'an dernier, les usines chinoises ont produit moins de 804 millions de tonnes d'acier, un recul de près de 3 % par rapport à 2014. C'est le premier déclin de la production d'acier en Chine en 25 ans, un véritable tournant dans l'économie du pays.

Depuis 1990, la Chine avait multiplié par douze sa production d'acier pour répondre aux besoins d'infrastructures et de logements liés à l'urbanisation du pays. La Chine concentrait la moitié du tonnage d'acier mondial, au point d'en produire beaucoup trop ces dernières années.

112 millions de tonnes d'acier exportés l'an dernier

Difficile de fermer les usines dans les provinces chinoises, les aciéries préféraient baisser leurs prix pour garder leur part de marché, et elles avaient commencé à inonder le marché international de leurs surplus. Plus de 112 millions de tonnes d'acier chinois ont été exportées l'an dernier.

Il s'agit d'une concurrence redoutable pour la sidérurgie européenne puisqu'un millier d'emplois devraient encore être supprimés au Royaume-Uni par Tata Steel, qui cherche aussi à revendre son usine française d'Hayange.

Une baisse de demande intérieure d'acier de 5 %

Mais le virage de l'économie chinoise des investissements lourds vers les services et la consommation se fait enfin sentir sur la production d'acier. La demande intérieure d'acier a chuté de 5 %, non seulement les chantiers sont de moins en moins nombreux, dans l’immobilier, mais la construction navale marque le pas, de même que la production de machines.

La diminution de la production d'acier, mais aussi de ciment en Chine, a occasionné la première baisse de la production chinoise d'électricité, depuis au moins 15 ans. Ce qui a encore accentué le déclin de la production chinoise de charbon, pour la deuxième année consécutive, ce combustible étant découragé par les autorités au profit de l'énergie hydroélectrique.

En revanche, la production des raffineries chinoises de pétrole a battu un nouveau record à la fin de l'année dernière, 10 millions de barils par jour en moyenne sur 2015. Il faut remplir les réservoirs des automobiles chinoises, dont la construction est le seul débouché d'avenir de l'acier désormais dans ce pays.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail